« Bab Darna vous garantit la maison de vos rêves » ! Le slogan adopté par cette entreprise immobilière indélicate a tourné au cauchemar pour nombre de clients qui lui ont fait confiance.

Le patron de Bab Darna vient de tomber dans les flets de la police.  Il s’agit de Mohamed El Ouardi, interpellé vendredi 22 novembre à l’aéroport Mohammed V à Casablanca alors qu’il s’apprêtait à quitter le territoire national. Placé en garde à vue au commissariat central, il a été déféré lundi 25 novembre devant la justice, l’accusé devant répondre de plusieurs centaines de plaintes déposées contre lui par des victimes d’arnaques immobilières.

Au Maroc, il n’y a pas plus facile que de gruger des gens désireux d’acquérir un logement. Il suffit juste pour cela de mettre au point un procédé plus ou moins ingénieux et le tour … du faux propriétaire est joué. C’est exactement ce qu’a fait cet ancien banquier qui se fait appeler « Sidi Mohamed » en misant essentiellement sur la communication via les réseaux sociaux et le relais précieux offert par certains sites électroniques.  Rien de tel en effet qu’un immense tapage médiatique pour se faire connaître auprès du grand public et se construire une réputation sur le marché. La télé n’est pas en reste où ce promoteur peu scrupuleux a fait son apparition avec une publicité diffusée lors du ramadan dernier en pleine rupture du jeûne. Une publicité montrant un chanteur qui fait en chantonnant la cour à sa future femme qui lui répond : « Si tu veux me faire plaisir, achète-moi une villa à Bab Darna ». Entretenir l’image d’un bienfaiteur auprès de la population est un gage de générosité, de probité et de confiance. M. El Ouardi n’a pas hésité non plus à utiliser ce ressort en organisant une opération de distribution de repas chauds et autres couvertures au profit des SDF de Casablanca. Une vidéo postée sur Internet montre une armada de jeunes préparant des barquettes affichant ostentatoirement le logo de Bab Darna sur le couvercle. Il faut bien que l’on connaisse l’identité de ce philanthrope qui se préoccupe du sort des accidentés de la vie.

Mohamed El Khyari n’a pas non plus résisté à l’envie de prêter son talent de comédien populaire à cette entreprise d’escroquerie, poussant le dévouement jusqu’à se déplacer dans les stands Bab Darna réservés dans les SMAP Immo à l’étranger où il se fait photographier avec les clients en guise de service après-vente… ! 

Maintenant que le pot-aux-roses a été découvert et que l’escroc présumé est sous les verrous l’affaire El Ouardi ne fait plus rire. Elle fait pleurer.  Et pour cause. Près d’un millier de personnes se sont retrouvées sur le carreau après avoir longtemps attendu la réception de leur bien (logement économique, moyen standing ou villa) qu’elles ont réservé contre des avances substantielles dans des  projets situés à Tamaris, Dar Bouazza, Casablanca, Deroua, Mohammedia, Ouarzazate, Agadir, Marrakech. Et il paraît que nombre de ces complexes sont fictifs : lancés visiblement sur des terrains qui n’appartiennent même pas à l’entreprise. Quel culot !

De fausses promesses en manœuvres dilatoires, les plumés d’El Ouardi, qui a également laissé des ardoises auprès de plusieurs prestataires, ont fini par se rendre, enfin, à la triste évidence… Le promoteur immobilier auxquelles ils ont fait confiance les a trahis, empochant quelques dizaines de milliards de centimes au titre d’arrhes.        

Enfumer les gens

Parmi les victimes qui sont au nombre de 800 au moins pour l’instant figurent des avocats, des pilotes, des fonctionnaires, des journalistes. Mais aussi plusieurs dizaines de Marocains résidents à l’étranger qui ont mordu à l’hameçon lors de leur démarchage à l’occasion des salons SMAP Immo organisés notamment en France, Belgique et Emirats arabes-unis. Proposer des prix alléchants défiant toute concurrence pour vendre le maximum de logements sur plan fait partie aussi du stratagème Bab Darna Immobilier. Une de ses réclames vante d’ailleurs un programme immobilier en ces termes : Votre villa de luxe au prix d’un appartement ! Un marocain de Belgique a tourné une vidéo qu’il a postée sur Internet où il raconte sa mésaventure avec El Ouardi: l’achat d’un logement à Mohammedia avec compromis de vente à la clé qu’il a payé avec un chèque de 300.000 DH établi bizarrement au nom de la femme de El Ouardi et que ce dernier, selon les dires de la victime, a revendu à un autre client. L’affaire sera portée en justice en mars 2014. Sans que le présumé escroc ne soit inquiété sur le moment. Il a fallu en effet attendre plusieurs années et de nombreuses victimes supplémentaires pour qu’il soit enfin arrêté. Un autre client potentiel a senti l’arnaque de Bab Darna à plein nez sur un projet à Bouskoura qui devait être construit sur un terrain agricole. Le promoteur l’a encouragé à réserver sa villa en l’assurant que le complexe serait prêt sous 24 mois, tous délais compris (intégration du foncier dans le périmètre urbain, préparation des titres fonciers et achèvement des travaux).  Ce qui est tout simplement impossible.

« Bab Darna est une équipe de professionnels rassemblés autour d’une passion commune, le montage et la réalisation d’opérations immobilières. L’acte de construire ; au-delà même de l’utilité sociale et de la matérialité de l’objet produit, est profondément noble, et c’est pour nous une véritable aventure humaine et une fierté » se vante le président sur le site internet de l’enseigne qui selon ses propres dires opère également dans le secteur agricole et l’agroalimentaire où il a fait plein de victimes. En somme un bazar qui fait commerce de tout et de n’importe quoi sans aucune autre logique que celle d’enfumer les gens et les plumer… 

Jamil Manar