Le neveu du comédien Mohammed Eljem, Alaa Eddine, quasi inconnu jusqu’à alors, a séduit la semaine de la critique, événement parallèle du festival de Cannes, par son long métrage « Le Miracle du Saint Inconnu ».  Son premier film qui lui a valu une salve d’applaudissements et des louanges de la part des médias et la critique.

Lauréat de l’école du cinéma de Marrakech puis de Bruxelles, ce jeune réalisateur est sur le bon chemin pour une belle carrière eu égard des qualités montrées dans cette œuvre qui est une réussite. L’histoire de ce film teinté de beaucoup d’humour sarcastique et satirique se déroule quelque part à Marrakech. Après sa sortie de prison, Amine qui vit de larcins revient sur les lieux où il a caché son butin mais y trouve un mausolée d’un saint dédié à un saint inconnu construit là comme par enchantement. «Le réalisateur marocain signe une fable moderne et burlesque, tournée dans un petit désert des environs de Marrakech qui a séduit la Semaine de la Critique », relève le « Film français » considéré comme un hebdo de référence des professionnels de l’audiovisuel.λ