Si la star incontestée de l’Eurovision a été le grand favori néerlandais Duncan Laurence, 25 ans, qui a remporté  haut la main avec sa ballade « Arcade » cette édition 2019 qui a vu l’Israélienne Kobi Marimi terminer à la 23ème place (sur 26),  le drapeau palestinien n’a pas manqué de briller lors de ce concours mondial de chanson le plus populaire suivi par plus de 200 millions de personnes aux quatre coins de la planète. Non pas que la Palestine a participé à la finale de cette manifestation où le franco-marocain Bilal a déçu avec sa chanson « Roi » en terminant 14ème mais parce que des participant islandais ont brandi le drapeau national palestinien au moment où les regards du monde entier étaient braqués sur eux, c’est-à-dire à l’instant où l’on faisait le décompte des points de l’équipe islandaise ! Mais les candidats du pays insulaire nordique n’ont pas été les seuls à perturber une fête planétaire qu’Israël voulait exploiter pour donner de lui une image de tolérance et de paix surtout qu’elle coïncide avec le 71ème anniversaire de la création de l’État hébreu : Selon les médias israéliens, deux des danseurs de Madonna, annoncée comme la grande invitée vedette de la soirée, arboraient dans le dos des drapeaux israélien et palestinien dans ce qui ressemblait à un message de fraternité ! Ainsi la star américaine très critiquée pour avoir accepté d’animer cette évènement a également provoqué l’ire des Israéliens et leurs fans sous couvert que la règle est que ce concours est apolitique. Ainsi interprétant l’un de ses tubes emblématiques « Like a Prayer » de 1989 et sa nouvelle chanson Future (show organisé par 135 personnes dont 40 choristes, 25 danseurs et une équipe de techniciens), la grande invitée vedette de la soirée a à sa manière fait un enfant dans le dos à ses hôtes. λ