La deuxième étude d’impact du passage définitif à l’heure GMT+1 est en cours de finalisation et les premiers indicateurs s’avèrent « rassurants ».

Cette enquête « n’est pas encore achevée mais les premiers indicateurs confirment les thèses sur lesquelles le gouvernement s’est basé avant d’officialiser le passage définitif à l’heure GMT+1 », affirme le ministre Mohammed Benabdelkader, ministre délégué chargé de la réforme de l’administration.

Rassurants pour qui ? En tout cas pas pour le commun des citoyens. Effectivement, la première étude réalisée par le cabinet PwC avait conclu que « 77% des Marocains interrogés confirment que le fait de changer l’horloge légale leur cause des troubles du sommeil pendant les premiers jours qui suivent chaque changement. Plus de 70 % d’entre eux rapportent une perte de sommeil d’une heure à deux heures à cause des changements d’heure, en particulier pendant la première semaine après chaque changement. De plus, 25% des répondants confirment profiter de l’heure supplémentaire pendant l’été pour leurs activités culturelles et récréatives. » Et pourtant, le gouvernement, excepté pour le Ramadan, a imposé le GMT+1 durant toute l’année malgré les critiques acerbes des Marocains. Une logique à dormir debout.