Cela fait 50 ans, depuis 1969 exactement, que la communauté israélite au Maroc n’a pas renouvelé ses instances électives et désigné de nouveaux représentants. Il a fallu que le Roi Mohammed VI donne vendredi 19 avril « ses très hautes instructions » au ministre de l’Intérieur en vue l’organisation de nouvelles élections conformément aux dispositions du Dahir du 7 mai 1945 relatif à la réorganisation des comités de communautés israélites, pour que les dirigeants communauté juive se rappellent qu’ils sont en dehors de la loi. A commencer par le secrétaire général du Conseil des communautés israélites du Maroc (CCIM), Serge Berdugo qui règne sur ce poste depuis plus de 20 ans. Cette absence de changement et de figures nouvelles a provoqué depuis longtemps un sentiment de lassitude au sein des membres de la communauté juive. Comme leurs congénères de confession musulmane des organisations politiques et syndicales, Berdugo et compagnie sont adeptes du statu quo et de la chefferie à vie.