Plus l’Algésario et ses suppôts agissent contre l’intégrité territoriale du Maroc, plus ils révèlent au monde entier l’étendue de leur anachronisme. La conférence de solidarité avec la chimérique RASD organisée les 25 et 26 mars à Pretoria par l’Afrique du Sud et la Namibie avec le sponsoring de l’Algérie dans le cadre de la Communauté de Développement d’Afrique Australe (SADC), a tourné au grand flop. Les organisateurs, qui présumaient de leur grande influence sur le continent, croyaient faire le plein surtout qu’ils ont orchestré une réclame monstre autour de cette fumisterie. Totale désillusion. Seuls quelques pays ont été représentés. Pas plus de 16 ! Défaits et démasqués, les ennemis de l’Afrique qui veut avancer ne font plus recette. Au même moment, se tenait à Marrakech, une autre conférence dédiée à l’examen de « l’appui de l’Union africaine (UA) au processus politique des nations unis sur le différend régional autour du Sahara marocain». Cette initiative a attiré pas moins de 37 pays africains représentés par leurs ministres des Affaires étrangères respectifs. Entre Pretoria et Marrakech, y a pas photo. Les observateurs ont eu tout loisir de voir dans quelle direction souffle désormais le vent. Emportés par la tempête du mensonge et de la manipulation, l’Algésario et ses quelques appuis doivent se rendre à l’évidence.