Belle réponse du président la Fédération nationale des gérants et propriétaires des stations-services au Maroc au ministre du plafonnement et des faux plafonds Lahcen Daoudi. Jamal Zrikem a déclaré récemment à l’occasion d’une rencontre sur le secteur des hydrocarbures au Maroc organisée par le Forum d’experts et de cadres affilée au PJD que « la décision de libérer prise par le gouvernement [sous Benkirane] à partir de janvier 2016 était une décision courageuse, car elle libérait les finances publiques d’une dette qui dévorait la majeure partie des ressources du pays.» Et M. Zrikem d’ajouter que «la libéralisation est une voie conforme à l’approche libérale, au marché libre et à la libre de concurrence que notre pays a choisis depuis l’indépendance, qui donnaient aux capitaux nationaux et étrangers la possibilité d’investir librement et de manière concurrentielle. » Pris à son propre piège, M. Daoudi qui ne sait toujours pas comment sortir de l’impasse a inspiré à certains députés de la majorité l’idée foireuse d’un projet d’amendement de la loi sur la concurrence qui autoriserait le gouvernement à intervenir pendant une période n’excédant pas 6 mois pour réduire l’envolée des produits aux prix libres. Pari ailleurs, il semblerait que Total ait trouvé la solution consistant à lancer sur le marché un hypercarburant plafonné 10.000 PPM au prix figé de 5 DH le litre, limitant la vitesse à 60 km heure sur les autoroutes et les routes nationales. En somme, un carburant aussi intelligent que Lahcen Daoudi !