Le déficit de la balance commerciale s’est encore aggravé à fin janvier 2019 de 1,25 milliards de DH par rapport à la même période de l’exercice précédent. En cause le même phénomène : la hausse continue des importations (+2,58 milliards de DH) qui dépassent en valeur celles des exportations (+1,33). Il en résulte un déficit commercial de 15,78 milliards de DH, en aggravation de 1,25 milliard (+8,6%). Le taux de couverture des importations par les exportations s’établit ainsi à 60,1% au lieu de 60,7% un an auparavant. Comme d’habitude, la hausse des importations s’explique principalement par celles des achats des demis produits, des produits bruts et des biens finis de consommation. La facture énergétique a, quant à elle, connu une légère baisse avec une part de 14,8% dans les importations contre 16,8% un an plus tôt. La structure nationale des exportations reste la même : En plus de l’automobile estampillé Renault, les ventes portent sur les phosphates et dérivés, l’agriculture et l’agroalimentaire. A quand les trophées de l’import ?