Dernière minute ...
A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
La Prairie, une école sans classe
 La Prairie
Les écoles privées au Maroc ont vraiment une haute idée de leur personnel enseignant. L’exemple nous vient de l’école la Prairie à Casablanca qui possède une section maternelle et un niveau primaire. Pour le poste d’enseignante stagiaire, N.Y, titulaire d’un bachelor en littérature anglaise, devra toucher un salaire très motivant…de 3.000 DH net par mois. Une somme même pas suffisante pour couvrir les frais de transport et de nourriture. En échange de ce pécule, la stagiaire taillable et corvéable à merci est tenue d’assurer une flopée de tâches en vue de son insertion professionnelle. Selon la convention signée entre les deux parties, cette formation est supposée être assurée grâce par l’employeur qui en prend en charge les frais pendant la durée du stage du 15 septembre 2014 au 30 juin 2015, soit une année scolaire entière ! Visiblement, c’est plus qu’un stage qui, selon la loi, ne doit pas dépasser 6 mois en milieu professionnel. Mais grâce à ce système illégal, l’école s’offre des professeurs sous-payés pendant au moins un exercice sous couvert de stage de formation.
 
Drôle de convention
 
Après une année de travail habillé en stage, la professeur, censée témoigner sa reconnaissance et montrer son bonheur, doit s’engager à «signer un contrat en qualité d’enseignante pour le compte de l’école» dont les promoteurs, soit dit en passant, font aussi dans l’immobilier. Et si la «stagiaire», du genre à ne pas aller jusqu’au bout, s’avise à arrêter cette supposée formation pour une raison ou une autre ? L’école se montre intraitable et exige de l'irrespectueuse de rembourser les frais que le patron prétend avoir engagé pour sa formation. Et dont le montant est fixé par ses soins à la bagatelle de 20.000 DH. En voilà une belle leçon de précision qui ressemble à une condition léonine imposée de manière unilatérale pour que la prof ne soit pas tentée d’aller vendre ses services ailleurs et qu’elle reste à la Prairie aux conditions financières des patrons dont ils lui ont déjà donné un avant-goût ! En revanche, selon le contenu de l’article V de cette drôle de convention, l’école a toute l'aptitude «de mettre fin à la formation de la stagiaire en cas de problème d’assiduité, de discipline ou dans le cas où il juge que (la candidate) ne remplit pas les conditions nécessaires à la formation». Autant dire, que «la stagiaire» à plein temps n’a aucun droit à faire valoir, elle a juste le droit de se la boucler et de trimer pour deux sous avec une épée de Damoclès sur la tête. Ce n’est pas de l’exploitation du personnel enseignant, l’employeur pour se défendre appellera ça de la gestion rigoureuse des ressources humaines. La Prairie ou la grande classe ! La meilleure c’est pour la fin puisque la prof en sursis ainsi renvoyée «ne pourra prétendre à aucune indemnité». Après l’avoir mise au piquet ?
 

à lire aussi :
Fusillade à Casablanca
Des coups de feu ont été entendus en début de soirée du mercredi 6 novembre à Casablanca. Vérification faite, il s’agit d’une fusillade. Cinq...
Belkhayat se dévoile
Mustapha Bakkoury doit plus qu’une fière chandelle à Moncef Belkhayat et sa colistière élue sur sa liste à Sidi Belyout : son élection à la...
La découverte étonnante de Ramid
Lors d'une conférence organisée mardi 23 février à l'Institut supérieur de la magistrature, le ministre de la Justice et des libertés Mustapha Ramid a...
Le Raja battu au propre et au figuré
De Mémoire de rajaoui et de journaliste sportif ils n’ont jamais vécu ça, cette débauche de violence mâtinée de haine dont le Raja de Casablanca,...