Dernière minute ...
Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Alger : les poulets se rebiffent
Au pays de Bouteflika, même les flics n’en peuvent plus. Des centaines de policiers ont manifesté dans la capitale, Alger, mais aussi à Ghardaïa, dans le sud du pays, lundi 13 octobre et mardi 14 octobre, pour crier leur ras-le-bol. Tout a débuté en début de semaine, à Ghardaïa, après une reprise des heurts entre des Mozabites (des Berbères de rite ibadite) et des Chaambis (Arabes malékites) qui ont entraîné la mort de deux jeunes et fait une dizaine de blessés dans les rangs de la police. A la suite de ces affrontements, plus d’un millier de policiers des «Unités républicaines de sécurité» (URS) ont ainsi marché dans la ville. Ils ont organisé un sit-in devant le siège de la wilaya (préfecture) pour dénoncer leurs conditions de travail. Si les policiers à Ghardaïa se plaignent ouvertement de leurs conditions de vie, ils s’en prennent à leur patron, Abdelghani Hamel, directeur général de la Sûreté nationale (DGSN) et réclament son départ. Ces policiers pour la plupart issus d'autres départements «entendent apporter leur solidarité et leur soutien à leurs collègues de Ghardaïa, afin que cesse les agressions contre les forces de l'ordre dans cette wilaya qui connaît des émeutes récurrentes». Cette mobilisation est une première en Algérie, la loi n’autorisant pas les membres des forces de sécurité à manifester ou à faire grève sous peine de sanctions. Qui plus est, les manifestations dans la capitale sont interdites en vertu d’un arrêté promulgué par les autorités en juin 2001, peu de temps après la marche organisée par le mouvement des Arouch de Kabylie pour protester contre la répression qui avait fait une centaine de morts dans cette région. Près de 10.000 policiers et gendarmes sont déployés depuis mars dans les principales artères de Ghardaïa, cité de 400.000 habitants dont quelque 300.000 Mozabites, mais ils ne parviennent pas à empêcher les violences. Ali Benflis, candidat malheureux à la présidentielle de 2014, évoque la responsabilité du pouvoir dans la situation à Ghardaïa où les affrontements ont repris suivis par le mouvement, inédit, de protestation des policiers. Selon lui, ce qui se passe à Ghardaïa n’est que la «manifestation d’une crise profonde à laquelle une gouvernance mal inspirée, désinvolte et irresponsable n’a pas su ou n’a pas pu apporter une solution à la mesure de son ampleur et de sa complexité».
 
 
Rachid WAHBI

à lire aussi :
Un labo de supplices nommé CIA
«La CIA avait des directives explicites pour réaliser des "expériences sur des humains"», a révélé le 15 juin The Guardian. Le directeur de...
Washington, Ankara et les Kurdes…
"Terroristes" pour Ankara, "rempart" contre l’Etat islamique pour Washington: la Turquie et les Etats-Unis s’affrontent à propos des combattants kurdes de Syrie, un dossier qui...
Pour Al Sissi, c'est Douce France
  A l’occasion de la visite officielle en France de son homologue égyptien Abdel Fattah Al Sissi, pointé du doigt par des ONG pour son bilan «catastrophique»...
Ce que cachent les courbettes devant Poutine
A helsinki, en Finlande, théâtre de son premier sommet avec Vladimir Poutine, le président américain Donald Trump a déclenché une véritable...