Dernière minute ...
Pyongyang menace de riposter aux mences de Trump par un essai d'une bombe H «sans précédent» Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Attijariwafa bank conclut un partenariat stratégique avec un géant japonais Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Sommet de la Ticad : Le Japon dénonce l'agression de Nacer Bourita par des officiels mozambicains à Maputo Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Pour la 5e fois Al-Baghdadi, le leader de l'Etat islamique, annoncé pour mort Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Révélations
Ces jeunes marocaines attirées par le Jihad du sexe
 Sous couvert de djihad, de plus en plus de jeunes Marocaines âgées de 14 à 30 ans quittent leur foyer du jour au lendemain. Direction : la Syrie où elles combattent à leur façon.


Tête haute et regard impassible, Ilham dévisage sans ménagement les enquêteurs chargés de l’interrogatoire. Tout en gardant la main sur son ventre rebondi, la jeune filleest directe, elle dit tout, sans faux semblant. Comment a-t-elle rejoint la Syrie ? Comment en est-elle revenue ? Elle déballe tout. Et les regrets, elle n’en a aucun. Agée d’à peine une vingtaine d’années, elle assume sa sympathie envers l’Etat Islamique (EI), cette organisation terroriste qui contrôle désormais un territoire de la taille de la Jordanie, peuplé de 6 millions d'habitants. Et elle assume aussi le fait d’avoir eu des relations sexuelles avec un combattant appartenant à cette mouvance radicale. Il s’agit d’un Egyptien avec qui elle est restée plusieurs semaines. Sur son visage, confie l’un des enquêteurs, se dessine un sourire fier et provocateur : «Il n’y a pas de quoi avoir honte, affirme-telle sans ciller. Mon enfant portera dans son sang le courage d’un Moujahid, un combattant pour la cause d'Allah. J’en suis même fière». Tout comme Ilham, elles sont de plus en plus nombreuses ces filles à peine adolescentes qui, du jour au lendemain, débarquent en Syrie, un pays arabe en proie, depuis 2011, à une guerre civile qui s’est mué en conflitrégional et international. Elles sont plus en plus nombreuses, mais aussi de plus en plus jeunes. Il y a un mois, et plus précisément le 5 août dernier, une jeune fille de 14 ans, originaire de Sebta, a été placée dans un centre de détention pour mineurs en Espagne après son arrestation la veille pour avoir voulu rejoindre les djihadistes combattant pour l'EI. Vêtue de niqab noir, elle a été appréhendée dans l'enclave espagnole de Melilla en compagnie d’une autre fille, âgée de 19 ans. Apparemment, la seconde, une certaine Fouzia, n’avait nullement l’intention d’aller jusqu’en Syrie, mais devait seulement accompagner la jeune mineur en Turquie, d’où elle regagnera l'organisation dirigée par Abou Bakr Al-Baghdadi.
 
Trafic d’humains
 
Les femmes qui vont au Jihad, c’est la nouvelle mode. Le phénomène ne cesse de s’amplifie et touche également et surtout les pays européens comme la France ou encore la Grande-Bretagne. Les jihadistes de l’État islamique ne s’en cachent pas, au contraire, ils ont même ouvert une "agence matrimoniale" destinée aux célibataires désireuses de se marier avec les combattants du groupe ultra-radical. Une façon pour les dirigeants de l’Etat Islamique de monter que même les femmes viennent spontanément, sans qu'on les force et sans qu'on les enlève, rallier leur cause. Sur place, les «volontaires» sont cantonnées à un rôle traditionnel. Même si elles reçoivent une formation militaire, elles ne combattent pas. L'entraînement leur sert uniquement en cas de danger. Le reste du temps, elles sont chargées de s'occuper des tâches ménagères et de remonter le moral des troupes. Si certaines filles y vont en sachant pertinemment ce que les djihadistes attendent d’elles, d’autres semblent l’ignorer. Ce qui est certain en revanche c’est que derrière ce phénomène se cache une toute autre réalité. Il ne s’agit moins d’une affaire d’idéologie ou de convictions religieuses que d’un business juteux où les réseaux et les volontaires s’achètent à coups de millions. En somme, il s’agit d’un trafic d’humains organisé et lucratif sous couvert de Jihad. Peu importe les raisons qui poussent telle ou telle fille à vouloir partir en Syrie, il y a toujours derrière un passeur qui s’enrichit. Le passeur est souvent une femme ; une manière de mettre en confiance la candidate au Jihad. Une fois en Turquie, l’intermédiaire reçoit une «commission» sur chaque fille qui avoisine, selon les RG marocains, les 100.000 DH. Visiblement, l’argent coule à flots. Mais qui est le généreux sponsor de ce jihad au féminin ? Motus et bouche cousue. Puis, la candidate au jihad ne peut se rendre seule en Syrie. Elle doit être mariée ou obtenir une promesse de mariage d'un combattant. Contrairement aux jihadistes masculins, la quasi-majorité des femmes se rendent en Syrie dans une perspective de non-retour.
 
Ces voies du Jihad sont impénétrables
 
Tout comme pour les combattants, le recrutement des fillesse fait essentiellement via les réseaux sociaux, notamment Facebook, ou encore via les messageries instantanées. Elles s'échangent des textes religieux, des vidéos, se donnent des conseils et s'encouragent mutuellement à partir. Certaines jouent le rôle d'entremetteuses, de facilitatrices. Elles postent ici et là des petites annonces de promesses de mariage pour attirer des postulantes.
 
Rachid ABBAR

à lire aussi :
Le nouveau délit d’initié de Moulay Hafid
Le ministre du Commerce et de l’Industrie est en train de mettre en douce un pied dans un pan important de la santé en anticipant sur la future carte sanitaire dont l'adoption est...
Piège en haute mer
 Que ce soit dans le domaine du fret ou du transport des passagers, le Maroc est en train de disparaître de la carte mondiale maritime à cause de la crise sans...
Pieds nickelés à Rabat
Par les temps troubles qui courent, les journalistes qui insultent leur métier et l’intelligence de leur public sont légion. Ils profitent de leur statut...
Les non-dits d’une privatisation bateau
Depuis l’instauration en 2006 de la réforme portuaire controversée, l’opérateur historique a évolué dans un environnement faiblement concurrentiel....