Dernière minute ...
La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Les perles de Benkirane
Abdelilah Benkirane a pris une drôle d’habitude. Celle de ne jamais se séparer de son chapelet (tsabih) y compris lorsqu’il reçoit des personnalités locales ou des hôtes étrangers. Nous l’avons encore vu à la TVM lors du JT du lundi 15 septembre en train d’égrener son pendant qu’il devisait avec un haut responsable roumain. Il se permettait même au cours du tête-à-tête de partir d’un bon rire. Sacré Benkirane ! Or, les perles du chapelet, objet religieux, sont égrenés généralement par le fidèleaprès la finde la prière. C’est un moment intime de glorificationde Dieu par le musulman en répétant 33 fois dans un très léger murmure Subhaan Allah, Al hamdolilah, Allahou Akbar (soit 99 fois pour les trois formules). En principe, le chapelet n’a absolument rien à faire dans une discussion ordinaire entre personnes, encore moins lors d’une entrevue politique ou protocolaire, à moins que Benkirane ne soit en position d’im-ploration devant ses hôtes de marque qui défilent dans son bureau. Question d’abord de bon sens et de logique : à moins d’être un superman doté de deux cerveaux, comment peut-on être à la fois concentré sur ses récitations religieuses répétitives et interagir convenablement avec son interlocuteur en écoutant ce qu’il dit? Impossible de mener les deux activités en même temps sans que l’une se fasse au détriment de l’autre. Soit Benkirane fait semblant de communiquer avec son vis-à-vis ici bas alors qu’il est en communion avec le Créateur des cieux et de la terre, soit il est réellement à l’écoute de son invité tout en affectant d’être branché sur l’au-delà ? dans les deux cas, il y a quelque part un manque de respect. A moins qu’il soit un superman isla-miste doté de pouvoirs extraordinaires qui lui permettent de d’être concentré sur les deux actions en même temps. On le connaît professeur de physique de carrière, voilà que Abdelilah Benkirane se révèle maître de la métaphysique. Et puis, pourquoi recevoir ses hôtes avec un chapelet à la main ? Est-ce une manière pour le chef des islamistes de leur rappeler que le Premier ministre marocain est d’abord un vrai dévot? Considère-t-il enfiler des perles en recevant ses hôtes conscient qu’il ne déteint pas la réalité du pouvoir? Une chose est sûre : Super Abdelilah, qui ne laisse pas ses interlocuteurs indifférents, n’est pas à une perle près.

à lire aussi :
«L’autre victime de chaâbi» sous les verrous
Le calvaire de Jean-Marie Périchcot, l’homme qui a déposé plainte contre Miloud Chaâbi pour escroque-rie et dont le Canard a relaté la mésaventure,...
Diplomate ou psychopathe ?
Un fonctionnante de l’ambassade américaine à Rabat est au centre d'un fait divers assez grave que quelques sites électroniques, notamment Yabilidai, ont relatée et...
Troubles troublants
Les événements qui secouent El hoceïma à intervalles réguliers commencent à préoccuper sérieusement les pouvoirs publics. Les affrontements du...
Laftit pour désamorcer la colère
Pour sa première mission après sa nomination comme ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, accompagné du ministre délégué Noureddine...