Dernière minute ...
Tanger Tech : BMCE Bank garant du projet dont l'investissement atteindra à terme 10 milliards de dollars Procès Gdim Izik: Des peines allant de 2 ans de prison ferme à la perpétuité La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Pour la 5e fois Al-Baghdadi, le leader de l'Etat islamique, annoncé pour mort Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco ONU: Un traité bannissant l'arme atomique adopté par 122 membres Le ministère des affaires étrangères marocain annonce jeudi 29/6 l'arrestation par la police hollandaise de l'ex parlementaire en fuite Said Chaou Le Qatar rejette les accusations de l'Arabie saoudite et ses alliés, Washington tente cde calmer le jeu Internet : Le Maroc in, l’Algérie out La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 Une tentative d'Algérie et du Venezuela de nuire au Maroc mise en échec au Comité de décolonisation de l’ONU L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Trump annule l’accord avec Cuba conclu par Obama Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU)  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Gazablanca
Les Casablancais ont été choqués par l’ampleur de la catastrophe de Bourgogne dont les images d’une extrême désolation rappellent celles des maisons de Gaza pilonnées par l’artillerie israélienne. Mais qui est responsable de l’effondrement vendredi 11 juillet des trois immeubles de ce quartier populeux ? Qui est responsable de cette tragédie qui a fait 23 morts et une cinquantaine de blessés et dont le bilan ne cesse de s’alourdir ? Une enquête judicaire a été immédiatement ouverte pour déterminer les responsabilités et éviter que celles-ci ne se diluent dans l’impunité et le fatalisme qui sont une marque très marocaine. Car il y a bien une raison objective et directe, une cause à effet, qui a fait basculer brutalement la vie de plusieurs familles dans l’horreur. Dans le voisinage, on pointe du doigt les travaux clandestins engagés la veille au rez de chaussée par le propriétaire d’un des im-meubles qui voulait ajouter des étages supplémentaires à son R+1 initial. Ce qui aurait entraîné l’effondrement des trois immeubles vieux d’une trentaine d’années. Comment peut-on ignorer à ce point cette évidence, ne pas savoir qu’un R+1 est conçu pour être à jamais un R+1 car ses fondations ne peuvent pas supporter de nouveaux étages sans que cette opération d’extension à haut risque ne vire au drame. Malgré cela, il y a des gens qui par égoïsme et inconscience passent outre cette évidence et se jouent de la loi en exploitant la porosité de l’environnement général. dans la tragédie de Bourgogne se trouvent concentrés tous les maux qui minent la société marocaine: ignorance, corruption, fraude, incivisme et laxisme. L’accident mortel de Bourgogne vient rappeler encore une fois l’importance du problème de l’informel dans le secteur du bâtiment au Maroc. Un phénomène que l’on croyait exister uniquement dans les quartiers populaires et voilà qu’il se déplace, avec le drame de Bourgogne, dans d’autres quartiers plus ou moins modernes. Cela veut dire que nous sommes face à une culture négative rampante qui traverse tout la bâti fragile du pays qui, faut-il le rappeler, sort de terre souvent à coups de triche sur les matériaux. Ce qui est un autre problème. On a beau édicter les lois les plus sévères, mettre en place le dispositif de contrôle le plus rigoureux il y aura toujours des citoyens qui profitentde la corruption de certains responsables pour agir dans l’illégalité totale en construisant souvent sans plans ni architecte. Les conditions de logement d’une bonne partie de la population sont catastrophiques. Entre ceux qui vivent dans des quartiers pauvres et non structurés, les occupants des maisons menaçant ruine dans les médinas et ceux qui vivent dans un habitat insalubre, l’état des lieux n’est guère brillant. Cette menace permanente ne met malheureusement pas le Maroc à l’abri d’autres catastrophes similaires à Casablanca ou ailleurs. Il est vrai que la question de l’habitat informel est très complexe mais tant que la chaîne des responsabilités comptera des maillons faibles et qui dysfonctionnent, il est impossible de prévenir ou d’empêcher des catastrophes pareilles. Au-delà de l’aspect répressif, la vraie solution c’est de bâtir un homme responsable et conscient, respectueux des lois et des autres. Tout un chantier.
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Le nouveau numéro de Ramid
Un numéro vert pour dénoncer les actes de corruption. Désormais, le 08.00.00.47.47 se veut un mécanisme pratique et rapide pour inciter les corrupteurs à balancer...
Démocratie "interpellative"
Une enquête sur les raisons du retard du programme Al Hoceïma, Manarat Al Moutawassit». Cette décision royale, prise à l’issue du dernier conseil des ministres en...
Menace sur la paix sociale
Pour qui observe l’évolution des prix au Maroc se rend compte tout de suite qu’ils se situent au-dessus d’un niveau économiquement rationnel. Or, cette vie de plus en...
La faillite d’une certaine poitique
Nasser Zafzafi, le jeune leader de la contestation rifaine, a été interpellé après s’être rendu coupable d’un délit puni par la loi que ses...