Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
Comprendre le printemps arabe
"Quand le printemps est arabe" est le titre d'un ouvrage collectif qui vient de paraître aux Éditions la Croisée des chemins. Dirigé par Assia Belhabib, professeure d’enseignement supérieur et critique littéraire, ce livre, fruit de la collaboration de penseurs de différentes sensibilités, générations et de divers horizons, tente d’apporter un éclairage sans toutefois donner une réponse définitive sur les dessous des soulèvements qui continuent de secouer le monde arabe. Il s’agit des écrivains Abdallah Bensmaïn, Mohamed Hmoudane, Caya Makhélé, Daniel Soil, Djilali Bencheikh, Eugène Ebodé, Françoise Lalande, Hanane El Majidi, Jean Zaganiaris, Justin Bisanwa, Kébir Ammi, Mohamed Nedali, Mustapha Bencheikh, Rita El Khayat, Sa-mia Kassab Charfiet Abdeljalil Lahjomri. De la Tunisie où le brasier s'est enflammé en passant par l'Egypte et la Libye qui ont également radié leurs dirigeants de la carte géopolitique, ce qu'il est convenu d'appe-ler le "Printemps arabe", né à l'hiver 2010-2011, ne cesse d'étonner par son ampleur et par les conséquences politico-sociales qu'il continue d'engendrer. Un temps pour la surprise du nouvel ordre mondial et une pause pour la réflexionque propose ce collectif où plusieurs voix d'écri-vains et d'intellectuels d'horizons géographiques divers s'emparent des mots pour questionner une réalité qui désormais fait partie du paysage intellectuel au moins autant que des enjeux stratégiques de pouvoir. « Il faut ouvrir ce livre comme une action plurielle qui engage sur la voie du commentaire et du récit pour rendre un peu du vœu de préserver le droit inaliénable de la liberté d'expression. Puisse le lecteur y trouver son propre écho», écrit Assia Belhabib. Professeure de lit-térature française et francophone à l’Uni-versité Ibn Tofail de Kénitra, Assia Bel-habib a écrit plusieurs ouvrages dont La langue de l’hôte, éd. Okad, 2009 ; Littérature et altérité, éd. Okad, 2009 ; Le jour d’après, éd. Afrique Orient, 2010. Son domaine de prédilection est l’interculturel et ses articles publiés, consacrés à diffé-rents auteurs maghrébins, francophones et français sont marqués par une exploration de la littérature dans sa dimension universelle.
Meriem EL YOUSSOUFI

à lire aussi :
L’Art se conjugue au féminin
Les artistes femmes sont à l’honneur jusqu’au 8 mars, journée internationale de la femme, au Mohammed VI d’art moderne et contemporain de Rabat. 26 artistes marocaines...
La Marche Verte en BD version Marvel
Après plusieurs festivals internationaux, le réalisateur américain d’origine marocaine, Ayoub Qanir, revient avec un projet typiquement marocain. Il compte créer une...
Jean d’Ormesson tire sa révérence
 L’académicien le plus atypique des « immortels » est mort dans la nuit de lundi à mardi, à l’âge de 92 ans, a annoncé l’AFP....
La CDG célèbre Omar Bouragba
 L'Espace Expressions CDG accueille jusqu’au 12 janvier 2018 une exposition en hommage à l’œuvre de l’artiste-peintre Omar Bouragba, sur la période...