Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Algérie : la répression continue…
Un procureur algérien a requis dimanche un an de prison ferme contre deux jeunes, dont un Tunisien, accusés d'avoir participé à une manifestation contre un quatrième mandat du président Ab-delaziz Bouteflika.Le 16 avril, veille de l'élection présidentielle remportée par Abdelaziz Bou-teflika,au pouvoir depuis 15 ans, la police avait dispersé cette manifestation, organisée par le mouvement Barakat (Ça suf-fit!). «Le procureur a requis un an de prison ferme à l'encontre des deux accusés», a déclaré à l'AFP Me Amine Sidhoum, l'un des 12 avocats du collectif de défense, qui regrette «un procès politique et une grave atteinte à la liberté de circulation». En attendant la décision, qui doit être rendue le 18 mai, les prévenus restent en détention. Mohamed Kadi et Moez Bencir, de nationalité tunisienne, sont tous deux accusés «d'attroupement non armé portant atteinte à l'ordre public», et M. Bencir doit en outre répondre de l'accusation de "résidence illégale", a précisé un des avocats. Les deux jeunes hommes ont toujours nié avoir une quelconque relation avec les manifestants, et affirm qu'ils ne faisaient que passer au moment du rassemblement. «Ce genre de poursuites judiciaires est une menace réelle contre les libertés et les droits de l'homme en Algérie», a déploré Me Mustapha Bouchachi, autre membre du collectif de défense, qui a démissionné récemment de son poste de député, accusant l'Assemblée nationale d'être un "outil docile". «D'après le dossier il ne peut y avoir de qualificationd'attrou-pement non armé, ils sont pour-suivis injustement», a ajouté M.Bouchahi qui regrette "l'instru-mentalisation" de la justice et son manque "d'indépendance". Des organisations et militants de droits de l'Homme s'étaient mobilisés pour exiger la libé-ration des deux jeunes. A l'ouverture du procès, la police avait empêché plusieurs jeunes d'entrer dans le tribunal. Des policiers avaient même fait irruption dans la salle d'audience pour en expulser une dizaine de personnes, dont le père d'un prévenu, a rapporté un témoin. Face aux protestations des avocats, le père a été autorisé à retourner dans la salle, suivi par les autres personnes évacuées. Les manifestations du mouve-ment "Barakat" ont toujours été violemment réprimées par les forces de l'ordre, qui procèdent à chaque fois à des dizaines d'arrestations parmi les participants, dont des militants et des journalistes, généralement relâchés quelques heures après leurs conduites dans des com-missariats de police. Une violente répression qui a été énergiquement condamnée par la classe politique, la société civile et des candidats à la présiden-tielle, qui ont défendu le droit des citoyens d'exprimer libre-ment leurs opinions.
Rachid WAHBI

à lire aussi :
Libye, l'appel des armes
Va-t-on répéter les erreurs du passé en Libye? La communauté internationale s'est dite favorable à une levée de l'embargo de l'ONU et "prête" à...
L’Algérie broie encore du noir
Avec l’énorme crise financière que connait actuellement l’Algérie, les langues se délient. La grogne gagne même les politiques. Au parlement...
Texas : Nadir Soofi, un «Elvis» devenu terroriste
Adolescent "charismatique", populaire auprès des filles et fréquentant l'un des lycées les plus prestigieux du Pakistan: Nadir Soofi, l'un des assaillants d'un concours de...
Ce que cachent les courbettes devant Poutine
A helsinki, en Finlande, théâtre de son premier sommet avec Vladimir Poutine, le président américain Donald Trump a déclenché une véritable...