Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Benkirane pas dur d'oseille
Depuis un certain nombre d’années, les défilés du 1er mai se suivent et se ressemblent, devenant juste une formalité de circonstance pour marquer la fête du monde ouvrier. Comment peut-il en être autrement alors que les mêmes slogans sont brandis dans les cortèges, les mêmes discours ressassés par les leaders syndicaux. A l’instar des partis politiques, les syndicats ont perdu la main, incapables de mobiliser les foules et surtout de leur redonner espoir à force de lendemains qui déchantent et de promesses mielleuses qui ont crevé toutes comme des bulles illusoires.Cependant, le 1er mai de cette année intervient dans un contexte national particulier marqué par un bras de fer sans précédent entre le gouvernement Benkirane et les princi-pales centrales syndicales. Ces dernières accusent le Premier ministre de porter constamment atteinte au pouvoir d’achat déjà érodé sous l’effet des hausses des prix du car-burant qui se traduisent directement ou indirectement par un renchérissement du coût de la vie dont pâtissent principalement les classes modestes qui subissent le surcoût du transport sur plusieurs produits. Et c’est là tout le caractère pervers de la situation. d’un côté, Benkirane est obligé, d’un point de vue comptable, de réduire la pression sur une caisse de compensation budgétivore qui menace les équi-libres financiersde l’Etat et de l’autre les hausses à répé-tition des prix à la pompe sont beaucoup plus ressenties par les catégories rivées en bas de l’échelle que le gouver-nement est censé protéger à travers une politique sociale juste. d’où l’exaspération des syndicats qui considèrent que l’exécutif actuel conduit une politique de paupérisa-tion du grand nombre. Ce qui n’est pas totalement faux. Au lieu d’élaborer une refonte globale de la caisse de com-pensation dans le sens d’un redéploiement d’une partie de ses ressources dans les secteurs sociaux, le gouvernement se focalise pour le moment sur le carburant dont la hausse pénalise aussi les entreprises à un moment où le gouver-nement vient de dévoiler son plan d’industrialisation du Maroc ! Et c’est dans ce contexte aussi que Benkirane a décidé de valoriser le Smig à hauteur de 10% en deux temps, ce qui n’est pas du goût de la CGEM qui voit dans cette décision le meilleur moyen d’achever un tissu économique déjà très fragile et peu compétitif et qui pâtit de moult charges et contraintes. Mais la hausse du salaire minimum est une promesse que le Premier ministre avait fait aux syndicats dont la méchante humeur qui s’est manifestée à travers les dernières marches de protestation commence à l’inquiéter. Et c’est pour avoir la paix sociale et la paix tout court tout en soignant son image auprès du monde ouvrier que le chef des islamistes a décidé de tenir sa promesse qui exhale des relents populistes. Les smigards du public seront eux aussi augmentés, ce qui selon les observateurs est de nature à aggraver la situation des financesdéjà mal en point à cause entre autres contraintes d’une masse salariale qui a dépassé cette année la barre de 100 milliards de DH. Voilà qui va à coup sûr faire beaucoup de bien à l’économie nationale et donner un coup de fouet à la stratégie industrielle de Moulay Hafid qui vise à créer 500.000 emplois d’ici 2020. En privé, le ministre assureur a fustigé cette hausse du Smig qu’il juge contreproductive. Mais en public, il a observé un silence religieux. Courageusement.
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Tubes digestifs
Le Maroc n’est pas outillé pour tirer profit des accords de libre-échange qu’il a signés avec plus de 50 pays et encore moins de la mondialisation et ce qu’elle...
Communication en circuit fermé
Le Maroc réussit à abriter sur son sol des événements d’envergure mondiale. Ce qui confirme son ouverture sur le monde et sa vocation de terre des grands rendez-vous...
Benkirane face à lui-même
Depuis quelque temps, le Premier ministre donne l’impression d’être dans la réaction plutôt que dans l’action. Même en régissant, Abdelilah Benkirane...
L'USFP dans la tourmente
Il serait salutaire pour le Maroc de voter d’abord une loi autorisant l’euthanasie politique, histoire d’abréger les souffrances de certains partis politiques. C’est...