Dernière minute ...
Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Driss El Yazami, président du CNDH a reçu, le 24 janvier 2017, la décoration civile d'Officier de l'Ordre de Léopold, la plus haute distinction de Belgique Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Violence dans l’air
A y regarder de plus près, l’agression verbale ayant visé mardi 7 décembre le ministre de la Santé dans l’enceinte du Parlement n’est pas vraiment étonnante. Indépendamment de ses raisons directes, elle peut être interprétée comme la suite logique du long feuilleton de la dégradation dangereuse du climat politique dans ce pays. Le fond de l’air général est à la violence, à l’agressivité souvent gratuite, injustifiée. Si cette spirale malsaine devait continuer, il faut craindre le pire.
Institution élue et à ce titre censée cultiver le respect et la sérénité, le Parlement est devenu depuis quelque temps l’endroit qui cristallise et incarne à la fois tous les travers. Transformé par certains de ses membres en caniveau où se pratique devant les caméras un langage ordurier avec des attitudes de plus en plus irrévérencieuses, l’hémicycle déjà très peu estimé des citoyens a perdu le peu de crédibilité qui lui reste.
L’autre jour, un député de l’on sait quel parti a pris la parole pour baver sans respirer pendant plus de dix minutes contre le Premier ministre qu’il a traité de tous les noms avant de conclure qu’il a besoin d’un suivi psychiatrique. Cet homme parlait avec une telle hystérie qu’on le croyait au bord de la transe. Il ne manquerait plus alors pour que la boucle soit bouclée l’intervention d’un exorciste pour purifier son corps et son cœur des démons de la politique politicienne et du populisme satanique. Plus grave, certains députés comme celui-là n’ont plus peur de sombrer dans le ridicule et la bassesse en se vautrant dans la diffamation et l’injure.
Ces dérives récurrentes sont même devenues, à force de ne pas être sanctionnées de manière ferme et forte, le critère du «bon» parlementaire, celui qui tout en vociférant plus que les autres sait ravir la vedette aux autres par son insolence et sa gros- sièreté. d’où une surenchère permanente et une course sans relâche vers le spectacle. Cette ambiance de «tout est permis» provient certainement du relâchement général qui règne dans le pays depuis quelques années et que certains ont exploité pour régler leurs comptes en recourant à des méthodes que la morale réprouve.
Ce climat très tendu est entretenu par le Premier ministre lui- même dont les sorties sous la coupole ont le don de provoquer ses adversaires politiques qui ne lui pardonnent pas le moindre écart de langage, s’empressant de lui répliquer séance tenante en ajoutant de l’huile sur le feu. du coup, le cirque parlementaire s’installe dans toute sa splendeur. Quand ils ne viennent pas au Parlement pour piquer un somme, ils y vont pour faire les guignols. Les signes de la déliquescence de l’institution parlementaire
sont là. Un grand chantier de réussi.
 
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Les mêmes et on recommence
Faire passer le maximum de candidats lors du scrutin communal du 4 septembre, tel est le souci principal des partis politiques qui mesurent leur force et popularité à l’aune de la...
Les vérités de Jouahri
La croissance « continue d’être rythmée par les conditions climatiques et les progrès réalisés sur le plan des équilibres sont attribuables dans...
Menace sur la paix sociale
Pour qui observe l’évolution des prix au Maroc se rend compte tout de suite qu’ils se situent au-dessus d’un niveau économiquement rationnel. Or, cette vie de plus en...
Dissoudre les communes
Relégué au second plan par l’agitation rifaine, le scandale de la commune de Had Soualem qui a révélé à une opinion très choquée...