Dernière minute ...
La résolution sur le Sahara adoptée à l'unanimité le 28/4/17 par le conseil de sécurité, le mandat de la Minurso prorogé d'un an Le programme Al Othmani approuvé mercredi 26 avril par 208 voix, 91 députés ont voté contre et 40 se sont abstenus Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Un attentat le 20 avril contre un car de police sur les Champs Elysées, 1 policier tué et 2 autres blessés Attaque chimique en Syrie: La Russie oppose son veto au conseil de sécurité L'explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg fait au moins 14 morts Le transport et le résidentiel, principaux consommateurs d'énergie avec un total de 59,8  Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Casablanca parmi les villes les plus chères au monde Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016  L’évasion fiscale coûte près de 2,5 milliards de dollars par an au Maroc Donald Trump accuse Obama de l'avoir mis sur écoute à la Trump Tower Egypte : Moubarak acquitté pour la mort de manifestants en 2011 La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Délit de patronyme : Mohamed Ali Jr et sa  mère Khalilah Camacho-Ali, une ex-épouse du célèbre boxeur, ont  été retenus en rentrant aux Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO Selon l’ONP, avec plus de 4 millions de tonnes de poisson pêché par an, le Maroc est le 1er producteur de poissons en Afrique et 25e mondial La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le Nigéria confirme le projet de gazoduc ouest-africain allant jusqu’au Maroc Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir Le Maroc, 2e pays africain à s’engager à réduire ses émissions de GES de 42 % à l’horizon 2030 La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole Le Groupe OCP s’engage à dessaler l’eau de mer à El Jadida à l’horizon 2020 Le Crédit Agricole du Maroc met à la  disposition du secteur primaire la somme de  30 MMDH sur la période 2014-2018 

Confus de Canard
Violence dans l’air
A y regarder de plus près, l’agression verbale ayant visé mardi 7 décembre le ministre de la Santé dans l’enceinte du Parlement n’est pas vraiment étonnante. Indépendamment de ses raisons directes, elle peut être interprétée comme la suite logique du long feuilleton de la dégradation dangereuse du climat politique dans ce pays. Le fond de l’air général est à la violence, à l’agressivité souvent gratuite, injustifiée. Si cette spirale malsaine devait continuer, il faut craindre le pire.
Institution élue et à ce titre censée cultiver le respect et la sérénité, le Parlement est devenu depuis quelque temps l’endroit qui cristallise et incarne à la fois tous les travers. Transformé par certains de ses membres en caniveau où se pratique devant les caméras un langage ordurier avec des attitudes de plus en plus irrévérencieuses, l’hémicycle déjà très peu estimé des citoyens a perdu le peu de crédibilité qui lui reste.
L’autre jour, un député de l’on sait quel parti a pris la parole pour baver sans respirer pendant plus de dix minutes contre le Premier ministre qu’il a traité de tous les noms avant de conclure qu’il a besoin d’un suivi psychiatrique. Cet homme parlait avec une telle hystérie qu’on le croyait au bord de la transe. Il ne manquerait plus alors pour que la boucle soit bouclée l’intervention d’un exorciste pour purifier son corps et son cœur des démons de la politique politicienne et du populisme satanique. Plus grave, certains députés comme celui-là n’ont plus peur de sombrer dans le ridicule et la bassesse en se vautrant dans la diffamation et l’injure.
Ces dérives récurrentes sont même devenues, à force de ne pas être sanctionnées de manière ferme et forte, le critère du «bon» parlementaire, celui qui tout en vociférant plus que les autres sait ravir la vedette aux autres par son insolence et sa gros- sièreté. d’où une surenchère permanente et une course sans relâche vers le spectacle. Cette ambiance de «tout est permis» provient certainement du relâchement général qui règne dans le pays depuis quelques années et que certains ont exploité pour régler leurs comptes en recourant à des méthodes que la morale réprouve.
Ce climat très tendu est entretenu par le Premier ministre lui- même dont les sorties sous la coupole ont le don de provoquer ses adversaires politiques qui ne lui pardonnent pas le moindre écart de langage, s’empressant de lui répliquer séance tenante en ajoutant de l’huile sur le feu. du coup, le cirque parlementaire s’installe dans toute sa splendeur. Quand ils ne viennent pas au Parlement pour piquer un somme, ils y vont pour faire les guignols. Les signes de la déliquescence de l’institution parlementaire
sont là. Un grand chantier de réussi.
 
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Radioscopie d'un malaise
La grève du 30 mars décrétée, pour la première fois au Maroc, par les médecins et les cliniciens du privé sanctionne en quelque sorte le bilan des...
Pour une indépendance des juges
Le ministère de la Justice ne sera plus comme avant. Un changement en profondeur, qui a l’allure d’une mini-révolution, vient d’être initié avec...
Demain la région
Les lois de finances au Maroc se suivent et se ressemblent. Pas de programmes extraordinaires mobilisateurs ni de visions porteuses de véritable avancée dans les domaines...
Benkirane face à lui-même
Depuis quelque temps, le Premier ministre donne l’impression d’être dans la réaction plutôt que dans l’action. Même en régissant, Abdelilah Benkirane...