Dernière minute ...
10 ans de plus au Gabon pour Maroc Telecom La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 Une tentative d'Algérie et du Venezuela de nuire au Maroc mise en échec au Comité de décolonisation de l’ONU L’organisme onusien de lutte contre la désertification (CLD) : 60 millions de réfugiés "marcheront" sur l’Afrique du Nord et l’Europe d’ici 2020 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Trump annule l’accord avec Cuba conclu par Obama Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha Le nombre de candidats au bac à nouveau en baisse : 325.191 contre 431.934  en 2016 L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU) SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Violence dans l’air
A y regarder de plus près, l’agression verbale ayant visé mardi 7 décembre le ministre de la Santé dans l’enceinte du Parlement n’est pas vraiment étonnante. Indépendamment de ses raisons directes, elle peut être interprétée comme la suite logique du long feuilleton de la dégradation dangereuse du climat politique dans ce pays. Le fond de l’air général est à la violence, à l’agressivité souvent gratuite, injustifiée. Si cette spirale malsaine devait continuer, il faut craindre le pire.
Institution élue et à ce titre censée cultiver le respect et la sérénité, le Parlement est devenu depuis quelque temps l’endroit qui cristallise et incarne à la fois tous les travers. Transformé par certains de ses membres en caniveau où se pratique devant les caméras un langage ordurier avec des attitudes de plus en plus irrévérencieuses, l’hémicycle déjà très peu estimé des citoyens a perdu le peu de crédibilité qui lui reste.
L’autre jour, un député de l’on sait quel parti a pris la parole pour baver sans respirer pendant plus de dix minutes contre le Premier ministre qu’il a traité de tous les noms avant de conclure qu’il a besoin d’un suivi psychiatrique. Cet homme parlait avec une telle hystérie qu’on le croyait au bord de la transe. Il ne manquerait plus alors pour que la boucle soit bouclée l’intervention d’un exorciste pour purifier son corps et son cœur des démons de la politique politicienne et du populisme satanique. Plus grave, certains députés comme celui-là n’ont plus peur de sombrer dans le ridicule et la bassesse en se vautrant dans la diffamation et l’injure.
Ces dérives récurrentes sont même devenues, à force de ne pas être sanctionnées de manière ferme et forte, le critère du «bon» parlementaire, celui qui tout en vociférant plus que les autres sait ravir la vedette aux autres par son insolence et sa gros- sièreté. d’où une surenchère permanente et une course sans relâche vers le spectacle. Cette ambiance de «tout est permis» provient certainement du relâchement général qui règne dans le pays depuis quelques années et que certains ont exploité pour régler leurs comptes en recourant à des méthodes que la morale réprouve.
Ce climat très tendu est entretenu par le Premier ministre lui- même dont les sorties sous la coupole ont le don de provoquer ses adversaires politiques qui ne lui pardonnent pas le moindre écart de langage, s’empressant de lui répliquer séance tenante en ajoutant de l’huile sur le feu. du coup, le cirque parlementaire s’installe dans toute sa splendeur. Quand ils ne viennent pas au Parlement pour piquer un somme, ils y vont pour faire les guignols. Les signes de la déliquescence de l’institution parlementaire
sont là. Un grand chantier de réussi.
 
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Les mêmes et on recommence
Faire passer le maximum de candidats lors du scrutin communal du 4 septembre, tel est le souci principal des partis politiques qui mesurent leur force et popularité à l’aune de la...
Ce Raja qui fait rêver…
Qu'il est beau le Maroc qui gagne, le Maroc compétitif, le Maroc sans complexe, le Maroc qui se bat crânement et marque des buts contre l’adversaire, le Maroc qui ne...
La bonne-fausse idée de Ramid
Une bonne fausse-idée que celle lancée par le ministère de la Justice et des Libertés: les journées portes ouvertes organisées sous le thème «La...
Al Othmani dynamite le PJD
Tout le monde aura compris que le recours à Al Othmani pour former une majorité gouvernementale après plus de 5 mois de blocage, était une seconde et dernière...