Dernière minute ...
Pyongyang menace de riposter aux mences de Trump par un essai d'une bombe H «sans précédent» Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Attijariwafa bank conclut un partenariat stratégique avec un géant japonais Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Sommet de la Ticad : Le Japon dénonce l'agression de Nacer Bourita par des officiels mozambicains à Maputo Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Pour la 5e fois Al-Baghdadi, le leader de l'Etat islamique, annoncé pour mort Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Benkirane part en vrille
Abdelilah Benkirane a bien commencé l’année 2014 puisqu’il a encore trouvé les boucs-émissaires de ses turpitudes et de l’inaction de son gouvernement au cours de 2013 : Les manigances de halmid Chabat (qu’il n’a pas cité) et le printemps arabe qui a viré à l’automne en Tunisie, Libye et Egypte. Le chef s’est étendu de long et en large sur sa théorie du complot devant ses ouailles samedi dernier à Salé à l’occasion de la tenue du conseil national du PJd. Si les réformes promises par les islamistes ont accusé un retard c’est donc à cause de ces deux facteurs externes.
En somme, c’est Abdelilah le patron du PJd qui a pris la parole pour défendre Benkirane le Premier ministre en brossant à ses interlocu- teurs un contexte de guerre qui lui a été imposé par les adversaires de l’avènement des islamistes au pouvoir. La formation d’une nouvelle majorité est à ses yeux le signe de l’échec de leurs manœuvres tout en se félicitant du bilan de son équipe gouvernementale. Abdelilah a surtout exprimé son optimisme par rapport à Benkirane 2 dont il a déjà préjugé de la réussite, s’octroyant au passage du titre de chef de guerre qui a terrassé ceux qui cherchaient à faire avorter l’expérience des islamistes au pouvoir.
A y regarder de plus près, le patron du PJd n’a fait que servir à tire-larigot un discours destiné à la consommation interne. Objectif inavoué : Redorer son blason auprès des siens qui lui en tiennent rigueur d’avoir fait beaucoup de concessions, lors des négociations en vue de la formation de son nouveau cabinet, à l’ennemi d’hier devenu subitement grand ami et partenaire de choix, le RNI de Sa- laheddine Mezouar. Faire oublier cet épisode douloureux, resté en travers de la gorge de bien des militants, aura été l’enjeu essentiel du laïus de Benkirane devant sa base. Mission accomplie puisqu’il a réussi non seulement à faire avaler à ses troupes la couleuvre RNI mais aussi à les haranguer comme s’il était en meeting électoral.
de bout en bout de cet exercice mêlant recherche du quitus pour sa gestion, très discutable du reste, des affaires gouvernementales et volonté de reconstruire un front interne qui commence à craqueler sous les coups des critiques, Abdelilah Benkirane est resté emprisonné dans son carcan de chef de parti obsédé seulement par le désir de reconquête du respect et de la considération de ses ouailles. Autrement dit, Benkirane a raté, encore une fois, l’occasion d’agir en véritable Premier ministre qui transcende les petits calculs politiciens pour s’adresser aux Marocains en leur montrant le cap en ces temps de crise économique et de disette financière. Fidèle à ce qu’il est, il s’est offert une crise avec l’Istiqlal dont il a accusé indirectement sous la coupole certaines de ses figures de posséder des biens à l’étranger. Ce qui lui vaut un procès en diffamation intenté par le parti de Chabat. Ça commence à faire trop pour les alliés du PJD qui commencent à exprimer en privé leur exaspération, se demandant s’ils peuvent rester dans un gouvernement dont le chef n’arrête pas de partir en vrille.
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Crise de héros
Les Marocains ont suivi avec beaucoup de passion les péripéties de la mort au Yémen du jeune pilote d’avion Yassine Bahti depuis la nouvelle de l’écrasement de...
Guergarate pour faire diversion
Le Maroc a-t-il commis une erreur d’appréciation en se retirant de Guergarate dimanche 26 février conformément à la recommandation du secrétaire gé-...
Dissoudre les communes
Relégué au second plan par l’agitation rifaine, le scandale de la commune de Had Soualem qui a révélé à une opinion très choquée...
La faillite d’une certaine poitique
Nasser Zafzafi, le jeune leader de la contestation rifaine, a été interpellé après s’être rendu coupable d’un délit puni par la loi que ses...