Dernière minute ...
Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Driss El Yazami, président du CNDH a reçu, le 24 janvier 2017, la décoration civile d'Officier de l'Ordre de Léopold, la plus haute distinction de Belgique Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Benkirane part en vrille
Abdelilah Benkirane a bien commencé l’année 2014 puisqu’il a encore trouvé les boucs-émissaires de ses turpitudes et de l’inaction de son gouvernement au cours de 2013 : Les manigances de halmid Chabat (qu’il n’a pas cité) et le printemps arabe qui a viré à l’automne en Tunisie, Libye et Egypte. Le chef s’est étendu de long et en large sur sa théorie du complot devant ses ouailles samedi dernier à Salé à l’occasion de la tenue du conseil national du PJd. Si les réformes promises par les islamistes ont accusé un retard c’est donc à cause de ces deux facteurs externes.
En somme, c’est Abdelilah le patron du PJd qui a pris la parole pour défendre Benkirane le Premier ministre en brossant à ses interlocu- teurs un contexte de guerre qui lui a été imposé par les adversaires de l’avènement des islamistes au pouvoir. La formation d’une nouvelle majorité est à ses yeux le signe de l’échec de leurs manœuvres tout en se félicitant du bilan de son équipe gouvernementale. Abdelilah a surtout exprimé son optimisme par rapport à Benkirane 2 dont il a déjà préjugé de la réussite, s’octroyant au passage du titre de chef de guerre qui a terrassé ceux qui cherchaient à faire avorter l’expérience des islamistes au pouvoir.
A y regarder de plus près, le patron du PJd n’a fait que servir à tire-larigot un discours destiné à la consommation interne. Objectif inavoué : Redorer son blason auprès des siens qui lui en tiennent rigueur d’avoir fait beaucoup de concessions, lors des négociations en vue de la formation de son nouveau cabinet, à l’ennemi d’hier devenu subitement grand ami et partenaire de choix, le RNI de Sa- laheddine Mezouar. Faire oublier cet épisode douloureux, resté en travers de la gorge de bien des militants, aura été l’enjeu essentiel du laïus de Benkirane devant sa base. Mission accomplie puisqu’il a réussi non seulement à faire avaler à ses troupes la couleuvre RNI mais aussi à les haranguer comme s’il était en meeting électoral.
de bout en bout de cet exercice mêlant recherche du quitus pour sa gestion, très discutable du reste, des affaires gouvernementales et volonté de reconstruire un front interne qui commence à craqueler sous les coups des critiques, Abdelilah Benkirane est resté emprisonné dans son carcan de chef de parti obsédé seulement par le désir de reconquête du respect et de la considération de ses ouailles. Autrement dit, Benkirane a raté, encore une fois, l’occasion d’agir en véritable Premier ministre qui transcende les petits calculs politiciens pour s’adresser aux Marocains en leur montrant le cap en ces temps de crise économique et de disette financière. Fidèle à ce qu’il est, il s’est offert une crise avec l’Istiqlal dont il a accusé indirectement sous la coupole certaines de ses figures de posséder des biens à l’étranger. Ce qui lui vaut un procès en diffamation intenté par le parti de Chabat. Ça commence à faire trop pour les alliés du PJD qui commencent à exprimer en privé leur exaspération, se demandant s’ils peuvent rester dans un gouvernement dont le chef n’arrête pas de partir en vrille.
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Crise de héros
Les Marocains ont suivi avec beaucoup de passion les péripéties de la mort au Yémen du jeune pilote d’avion Yassine Bahti depuis la nouvelle de l’écrasement de...
Les morts de Louardi
Les drames des dysfonctionnements de la santé au Maroc, dont sont victimes principalement les démunis aux quatre coins du pays, sont fréquents. Il ne se passe pas un jour sans...
Le monde de Trump
Si l’arrivée de Donald Trump à la maison Blanche a provoqué une onde de choc immense aux Etats-Unis et dans nombre de pays du monde, c’est que l’homme divise...
Après le séisme électoral, la reconstruction politique
L’un des enseignements majeurs du scrutin communal du 4 septembre c’est que la majorité gouvernementale a profité principalement au PJD. A part le petit PPS qui a...