Dernière minute ...
Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Gilets jaunes : Le bras de fer se durcit
« Pas question de rester planqué». La flambée de violences de l'acte VIII des «gilets jaunes» a suscité une réaction aussi vive que rapide dans les couloirs de Matignon. Sur TF1, au journal télévisé, le premier ministre a haussé le ton. Les casseurs «n'auront jamais le dernier mot», a assuré Edouard Philippe avant de détailler l'arsenal de mesures prises pour lutter contre les débordements violents qui s'enchaînent depuis la mi-novembre. La réponse est aussi bien opérationnelle que politique. «Nous avons pris la décision de faire en sorte d'assurer une mobilisation considérable des forces de l'ordre», a expliqué le premier ministre. Dès samedi prochain, pour l'acte IX des «gilets jaunes», le dispositif policier mis en place sur l'ensemble du territoire sera renforcé avec 80.000 policiers et gendarmes mobilisés et le retour des blindés à Paris. Des forces équivalentes à celles mobilisées le 15 décembre dernier lors de l'acte V. Parallèlement, le premier ministre a annoncé une loi pour lutter contre les casseurs, qui pourra être examinée dès début février au Parlement. Elle permettra notamment de sanctionner les organisateurs de manifestations non déclarées. Un fichier spécifique sera mis en place pour interdire la présence de manifestants radicaux dans les cortèges, sur le modèle du fichier des interdictions de stade pour les hooligans. Selon Édouard Philippe, «si l'on veut défendre la liberté de manifester […] il faut faire évoluer notre droit et compléter notre dispositif législatif». Outre la création de ce fichier, un système de «casseurpayeur» sera mis en place. Au fil des actes des «gilets jaunes», la contestation s'est muée en attaques contre la République, a déploré le premier ministre. Certains viennent «pour casser, pour piller, parfois aussi pour remettre en cause les institutions», a dénoncé Édouard Philippe en martelant qu'ils n'auraient «jamais le dernier mot». Pour le locataire de Matignon, il s'agissait de montrer que la force resterait à la loi, après le déferlement d'images montrant des institutions prises à partie. Un déchaînement de violence qui laisse l'image d'un pouvoir désemparé face à la radicalisation du mouvement des «gilets jaunes». «Au total, il y a eu plus de 1000 condamnations», a rappelé le premier ministre en reconnaissant toutefois que «la réponse (de la Justice) n'est jamais immédiate». 

à lire aussi :
Trump enfume les écologistes
L e président des Etats-Unis donald Trump, a lancé mardi 28 mars 2017, la déconstruction du bilan de Barack Obama sur le climat, martelant sa volonté de « mettre fin...
Egypte : al Sissi vire ses ministres encore…
 Le président égyptien, Abdel Fattah al Sissi, a procédé mercredi 23 mars 2016 à un remaniement de son gouvernement, dans lequel dix ministères changent...
Nouvelle coalition islamique formée par Riyad
Visiblement le royaume saoudien aime former des coalitions arabe et islamique pour affronter les dangers qui la guettent. Après l’alliance qu’il a formée au début du...
Pour Al Sissi, c'est Douce France
  A l’occasion de la visite officielle en France de son homologue égyptien Abdel Fattah Al Sissi, pointé du doigt par des ONG pour son bilan «catastrophique»...