Dernière minute ...
Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Dialogue asocial
Ailleurs, le dialogue social est un facteur de compétitivité économique. Au Maroc, qui est à mille lieues de cette approche productive, on en est encore au stade de partenaires sociaux agissant dans le fond comme des adversaires qui cherchent chacun à prendre le dessus sur l’autre dans le cadre d’un bras de fer insidieux. Donnant libre à leur mécontentement au sortir d’un round convoqué à reculons, les syndicats accusent régulièrement le gouvernement de ne pas tenir ses engagements et de mener des politiques de paupérisation des classes laborieuses. Et d’agiter la muleta de la grève générale pour faire plier le gouvernement qui finit par lâcher un peu de lest pour amadouer son interlocuteur. Cela fait des décennies que se répète jusqu’à l’usure le même scénario lassant sans que n’émerge une démarche novatrice et mature dans le dialogue entre partenaires qui indiquerait qu’ils sont en phase avec les impératifs du nouvel ordre économique mondial et partant des vrais défis qui assaillent l’entreprise marocaine. D’ailleurs, le discours des uns et des autres est complètement caduc, périmé, s’écartant complètement des nouvelles réalités du travail. Les syndicats se cramponnent comme huître à son rocher à une augmentation générale des salaires et une valorisation des pensions familiales selon un barème établi par eux. Ce qui est somme toute légitime dans un pays où le pouvoir d’achat du grand nombre n’a de cesse de se détériorer sous les coups de boutoir de la vie chère. Tout à sa volonté de désamorcer la grogne sociale, le gouvernement répond à cette réclamation par une décision de valoriser salaires à hauteur de 400 Dh sur une période de 3 ans. Excepté l’UGTM qui a accepté la proposition de l’exécutif alors qu’il est affilié à un parti d’opposition, les autres centrales ont dit niet. Retour à la case départ ou nulle part. Ce qui va leur permettre d’entretenir pour les années à venir leur sempiternel fonds de commerce accusatoire habituel en désignant le gouvernement comme responsable de la dégradation des conditions sociales des travailleurs. Il faut bien qu’ils puissent vivre aussi…! C’est ahurissant que le Maroc reste incapable d’accoucher d’un dialogue social de qualité, considéré comme le véritable levier de performance des entreprises, alors que le chômage des jeunes diplômés a atteint des sommets inquiétants. Comment promouvoir une politique d’emploi sérieuse et productive dans un contexte plombé par le dialogue de sourds des acteurs concernés, incapables de s’entendre sur les vrais enjeux du dialogue social que sont, en plus de la rémunération et autres avantages bien sûr, la formation, le bien-être au travail et la gestion des risques. On est loin de ce cercle vertueux à cause entre autres d’une relation patron-employés qui n’est pas empreinte de confiance, porteuse de conflits et de stéréotypes pouvant détruire l’outil du travail. Il faut reconnaître que l’erreur est originelle se trouve dans les choix politiques des gouvernants pour attirer le capital étranger : faire du Maroc un pays moins disant social pratiquant entre autres mesures incitatives des salaires très bas et offrant un code de travail faible. Si les responsables avaient investi dans une éducation-formation de qualité, le Maroc serait aujourd’hui fort d’un capital humain qualifié, productif, inventif et rémunéré selon son degré de technicité. Force est de constater aussi que les protagonistes du présent qu’ils soient politiques ou syndicaux sont les hommes du passé avec des réflexes anachroniques. Et rien dans leur posture ou discours n’indique qu’ils sont acteurs du changement salvateur dont a besoin urgemment le pays pour sortir de l’ornière. 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
État fébrile
Les condamnations à de lourdes peines des accusés de la jacquerie rifaine ont du mal à passer dans l’opinion. Consternée et indignée, celle-ci a ignoré...
Il pleut des contraintes
La sécheresse qui frappe le Maroc en ce début 2016, annonciatrice d’une mauvaise saison agricole et d’une croissance moins conséquente que prévue, est une...
Le discours de la méthode
Comme d’habitude, l’applaudimètre a fonctionné à merveille tout au long du discours royal du vendredi 12 octobre 2018 devant les députés des deux...
Tout n’est pas possible
"Il faut éviter de faire l’amalgame entre terrorisme et islam". Cette phrase sous forme de profession de foi a été répétée en boucle à la faveur...