Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

7ème Can’ART
Les papillons de Hamid Basket en salles

Les papillons de Hamid Basket en salles 

Actuellement en salles, le film “Le silence des papillons” du réalisateur marocain hamid Basket, est un thriller traitant, en profondeur, de la vie de femmes paumées qui battent de l’aile pour retrouver un humanisme perdu. Durant une heure et demie, hamid Basket essaie, avec un langage cinématographique le plus souvent muet, de décrire la souffrance qu’endure la femme face à la violence sociétale. Le cinéaste marocain dépeint ce calvaire via le personnage “Malika”, interprété avec brio par l’actrice Saida Baâdi. “Malika”, prof de mathématiques, vit un quotidien difficile à cause de problèmes chroniques avec son mari, ce qui l’a poussée à consulter un psychiatre (rôle campé par le talentueux Amine Naji) qui essaie tant bien que mal à lui redonner le sourire et à cultiver chez elle cette capacité de résister et de s’attacher mordicus à la vie. Le film est une succession de scènes et d’histoires imbriquées. Pour les passionnés des “thrillers”, “Le silence des papillons” offre l’occasion de redécouvrir ce genre cinématographique avec des acteurs et des ingrédients purement marocains Initialement intitulé “Le papillon”, le film est un drame social qui démarre par meurtre pour se transformer en un bras de fer entre deux hommes, l’inspecteur de police et le psychologue. A travers ce film, Hamid Bakset lève un coin du voile sur des sujets tabous le plus souvent passés sous silence dans les sociétés, tels les femmes violentées et la pédophilie 

à lire aussi :
A Rabat, le cinéma prend de l’auteur
 Treize films sont en lice dans le cadre de la 22e édition du Festival international du cinéma d’auteur de Rabat qui se tiendra du 27 octobre au 4 novembre 2017 avec la...
Tanger, capitale du cinéma
La ville du détroit accueille jusqu’au 5 mars la 17e édition du Festival national du film de Tanger (FIFT). Pour la dixième fois, l'événement pose ses valises...
Tous en cuisine avec le film Tazzeka
Le film franco-marocain «Tazzeka» du réalisateur Jean-Philippe Gaud, projeté en avant-première il y a quelques jours à Casablanca, sort en salle dès le...
Avec Rialto, Agadir s’offre l'octobre des cinéphiles
A Agadir, le 7e art s’offre un nouveau souffle avec une programmation riche et éclectique du cinéma Rialto sous le thème des droits de l’Homme. En partenariat avec...