Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Tribune libre : Le temps de l'action
Tout au long des dernières années, précisément depuis la publication du rapport cinquantenaire en 2005, le Maroc n’a eu de cesse de publier études et rapports sur les inégalités sociales et territoriales. A tel point que nous avons atteint aujourd’hui un degré de saturation en matière de diagnostic et de description. L’heure est désormais à l’action pour corriger les dysfonctionnements constatés et apporter des solutions aux problématiques soulevées. Il faut donc agir et agir maintenant. Le prochain projet de loi de finances, constitue une occasion idoine pour traduire ces préoccupations en chiffres et mesures concrètes en se plaçant sur le sentier du changement pour marquer une rup- ture avec notre modèle de croissance qui a atteint définitivement ses limites. SM le Roi nous a tracé le chemin à suivre dans son Discours prononcé à l’occasion de l’ouverture de la session parlementaire du 13 octobre 2017 : «Les problèmes sont connus et les priorités sont claires; nous n’avons nul besoin de recourir à d’autres diagnostics vu qu’il y a, déjà, pléthore en la matière. A maintes reprises, Nous avons fait le point de la situation et pris la pleine mesure des dysfonction- nements, lesquels sont connus de tous les Maro- cains. Car, que demande-t-on en définitive ? en premier lieu, une mise en œuvre efficace des projets de développement programmés et mis en chantier; corrélativement, la recherche de solutions pratiques et réalisables aux vrais problèmes des citoyens et des réponses adaptées à leurs demandes raisonnables et à leurs attentes légitimes en termes de développement, d’éducation, de santé, d’emploi, etc.» Le PLF, qui est dans sa dernière phase d’élabora- tion, doit absolument ap- porter du nouveau tant au niveau des priorités qu’au niveau de la philosophie de son montage. Le gouvernement, à qui incombe la responsabilité politique de la préparation du PLF, trouvera dans les discours de SM le Roi et des rapports des différentes institutions nationales (CESE, Cour des Comptes, BAM, HCP…) et internationales (BM, FMI, OCDE) de la matière pour traduire son programme dans la réalité et apporter des réponses aux questions suivantes : comment faire pour rétablir la confiance des citoyens dans les institutions de notre pays ? Quelles mesures à prendre pour instaurer une véritable justice fiscale et une égalité des citoyens devant l’impôt? Quelles politiques sociales pour assurer la cohésion sociale et renforcer le sentiment de patriotisme et d’appartenance à la nation ? Que faire pour relancer l’ascenseur social et promouvoir l’égalité hommefemme? Quelles mesures incitatives en faveur de l’investissement productif, créateur de richesses et d’emplois décents ? Comment rationaliser les dépenses publiques sans toucher au pouvoir d’achat des couches démunies et des classes moyennes ? Quelles politiques culturelles adopter pour combler le vide effrayant dans les centres urbains? Quelle politique en faveur des jeunes ?… Autant d’interrogations qui préoccupent les citoyens et sur lesquelles l’actuel exécutif est attendu au cours des prochains jours et des prochaines semaines. Le gouvernement a-t-il la volonté, et surtout les moyens, d’apporter des réponses concrètes et satisfaisantes à l’ensemble des questionnements pour mettre le pays sérieusement au travail et dépasser les guéguerres stériles qui n’intéressent personne ? Ou au contraire va-t-il « s’entêter » à faire la politique de l’autruche et continuer à nous servir les mêmes recettes qu’auparavant, auquel cas, il assumera seul la responsabilité des conséquences qui en découleraient ? Une chose est sûre : l’heure du choix a sonné. S'il n’est pas déjà trop tard !!!
 
Abdeslam Seddiki *
 
Economiste, ancien ministre de l'Emploi et des affaires sociales
 

à lire aussi :
Maroc Numeric : des clics virtuels à 5,19 milliards de DH!
La stratégie Maroc Numeric, présentée en octobre 2009 comme une grande avancée technologique par l'ancien ministre Ahmed Reda Chami, a carrément viré au...
Transfert des devises : les startups débarquent !
Les banques du cru qui rivalisent de stratégies com pour séduire les MRE ont de la concurrence. Les opérateurs étrangers se mettent, eux aussi, à pratiquer la danse...
Le gâteau des régions fait saliver les partis
La cohésion de la majorité gouvernementale n’a pas résisté au choc des ambitions des membres la composant sur le dossier des présidences des conseils...
Les sous et les dessous d’un bras de fer
 Les relations entre l’exécutif et le monde associatif ne sont pas au beau fixe. Entre les deux parties, la méfiance a atteint des sommets....