Dernière minute ...
Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
Benchammas prêt pour la chute
Le président de la deuxième Chambre hakim Benchammas est aux abois. Depuis qu’il a appris que l’ex-ministre istiqlalien Abdessamad Kayyouh veut lui disputer la chefferie de l’institution à l’occasion de la prochaine élection prévue en octobre prochain, il n’arrête pas de mobiliser ses amis politiques pour persuader ce candidat potentiel à renoncer à son ambition. Le patron du PAM, qui veut décrocher un second mandat, est allé jusqu’à contacter le secrétaire général de l’Istiqlal Nizar Baraka pour le supplier de faire échec au projet dangereux de Kayyouh ! Or, ce dernier a une revanche politique à prendre surtout qu’il a perdu la présidence en 2015 par une seule voix d’écart au profit de celui qui n’aurait dû jamais monter au perchoir compte tenu que son parti est issu de l’opposition. Mais les conditions politiques de l’époque avec un PAM présidé par Ilyas El Omari tirant son pouvoir de ses mentors en ont décidé autrement. Pleinement conscient que la donne a profondément changé et que le PAM est passé subitement de statut de favori à celui de tocard depuis que son ex-chef a failli à son engagement de renvoyer le PJD sur les travées de l'opposition, le Benchammas a des raisons de craindre la concurrence du prétendant istiqlalien et éventuellement d’un candidat de la majorité. Fragilisé, le PAM ne peut plus compter sur le soutien ni du PJD ni du RNI avec lesquels il a grillé ses vaisseaux, encore moins sur une quelconque autres bienveillance. A moins d’une instruction irrésistible, on voit mal l’Istiqlal faire plaisir à l’ex-gauchiste constipé qui a pris goût au pouvoir et renoncer à emprunter le grand boulevard qui s’ouvre devant lui. Et puis, un deuxième mandat de Benchemmas, qui a multiplié les impairs politiques et les marques d’arrogance, n’enthousiasme même pas les siens en interne où il souffre d’un déficit de légitimité. Débranché, dégarni et défraichi, le PAM, il est vrai, ne fait plus que le plein du vide…
 
 

à lire aussi :
Le Roi fait avorter les visées politiciennes
Le sujet de l’avortement clandestin qui commence à susciter une grosse polémique en divisant la société marocaine entre les pro et les anti est trop sérieux...
La Samir toujours en sursis
 Le tribunal de Mohammedia a ordonné le 19 janvier dernier le maintien des activités  de raffinage de la Samir pour trois mois supplémentaires, et ce à compter...
Israël au Moyen-Atlas ?
  Un centre israélien de formation des gardes du corps au Maroc ? L’information a fait il y a quelques semaines  le tour des réseaux sociaux avec une flopée de...
«Touche pas à mon enfant» anticipe
Reconnue d’utilité publique, l’organisation Touche pas à mon enfant, dirigée par la dynamique Najat Anwar,  a mis en place une politique de prévention...