Dernière minute ...
Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Au-delà du RSU
Les pouvoirs publics ont mis un sacré temps pour comprendre la nécessité d’un fichier national de la pauvreté afin de mettre de l’ordre et de l’efficience dans les différents dispositifs d’aide au profit de la laissés-pour-compte et autre personne à besoins spécifiques. Dans son discours du Trône du 29 juillet 2018, S.M le Roi Mohammed VI a appelé le gouvernement à plancher sur la mise en place du « Registre Social Unique» (RSU), un outil d’enregistrement des familles nécessiteuses, histoire « d’induire un accroissement progressif du rendement des programmes sociaux, à court et à moyen terme ». Il n’est pas en effet normal comme le souverain en ait fait le reproche de manière directe « que plus de cent programmes de soutien et de protection sociale, de différents formats et se voyant affecter des dizaines de milliards de dirhams, soient éparpillés entre plusieurs départements ministériels et de multiples intervenants publics ». La multiplicité des acteurs pour un seul programme et l’absence de coordination entre ces derniers représentent à coup à coup sûr l’une des principales sources des mille et un dysfonctionnements qui minent la gouvernance dans ce pays. Une situation hautement préjudiciable, coûteuse en temps, en énergie et en deniers publics, qui engendre en plus un autre mal non moins terrible : la dilution des responsabilités du fait de leur imbrication. Résultat : Personne n’est responsable de la gabegie et des dérives à maintes reprises débusquées par la Cour des comptes. « Pourtant, J’ai le sentiment que quelque chose continue à nous faire défaut en matière sociale », avait ajouté le chef de l’Etat dans son discours. Il est certain qu’une meilleure convergence des politiques de cohésion sociale par l’usage d’une approche scientifique conduirait à une lutte efficace contre la pauvreté et à une réduction notable des disparités de classe. Dans un tel contexte plus ordonné qu’il ne n’est aujourd’hui, la Caisse de compensation, cette tirelire étatique généreuse qui subventionne tout le monde, le riche plus que le pauvre, n’a évidemment pas de place. Il paraît que le gouvernement Al Othmani a décidé de s’inspirer de l’exemple indien, un dispositif baptisé Aqdhaar pour l’élaboration du fameux RSU visant un meilleur ciblage de la population candidate à l’aide sociale sous ses formes. Mais pourquoi aller très loin pour dénicher un modèle étranger alors que le Maroc peut créer le sien en tenant compte de ses propres réalités sociales ? Justement, la carte du Ramed, qui a permis de déterminer les populations défavorisées éligibles à la gratuité des soins médicaux, a déjà facilité le gros du travail d’identification. Il suffit juste d’améliorer encore plus cet outil en élaborant des cartes à puces, technologie très courante aujourd’hui, susceptibles de contenir de nouvelles informations sur les ménages concernés (nombre d’enfants, leur statut social (étudiant, chômeur…), profession du père et de la mère, etc.) dans l’optique d’un accompagnement continu de leur situation sociale et d’identification de leurs besoins. L’objectif étant d’aller au-delà de cette vision « khobziste » de la caisse de compensation pour faire bénéficier les nécessiteux de services autrement plus utiles et décisifs liés à l’éducation des enfants et à la lutte efficace contre l’érosion du pouvoir d’achat du grand nombre. Grâce à ce fichier central de la pauvreté qu’il s’agit de mettre régulièrement à jour, il serait loisible d’agir directement sur les déficits sociaux par le biais de politiques publiques ciblées et plus ambitieuses au profit des couches démunies dans des secteurs décisifs pour leur avenir et celui de leur progéniture. Un tel programme, qui peut être confié à une nouvelle agence placée sous la tutelle de l’INDH, doit par souci d’efficience échapper aux considérations partisanes et aux marchandages électoralistes qui ont dévoyé beaucoup de bonnes initiatives dans ce pays. Si la sauvegarde de la cohésion sociale et son renforcement sont à ce prix, une meilleure gouvernance est celle bien entendu qui réduit les écarts sociaux qui produisent toutes les dérives. En ces temps de défaitisme généralisé et de Moroccan bashing véhiculés à jet continu sur les réseaux sociaux, il est urgent de changer de politique. Et surtout d’agir sur les raisons de ce malaise social qui va crescendo.
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Le Sahara autrement
 Le conseil économique, social et environnemental a mis la dernière main à son rapport sur le modèle de développement qui doit prévaloir dans...
Marrakech, la pédophilie en pension complète
Les touristes étrangers sont censés séjourner à Marrakech pour profiter de son climat unique au monde, de ses monuments historiques et de son arrière-pays riche en...
Le temps des ectoplasmes
Le décès de M’hamed Boucetta, un nationaliste de la première heure doublé d’un animal politique distingué, projette une lumière crue sur la...
Laïcs contre islamistes
Mustapha Ramid est-il en train de mettre de l’eau dans son thé à l’absinthe sous la pression de la société civile et de la classe politique ? Il faut dire que...