Dernière minute ...
Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
Ecole enfarinée
Par les temps qui courent, le moindre problème tourne au psychodrame, amplifié par les réseaux sociaux qui créent al polémique et l’entretiennent à coup de fake news et de photomontages. Le énième en date concerne l’introduction dans certains manuels scolaires de quelques mots en darija (arabe dialectal) comme baghrir, briouates et Ghouriba en relation avec la boulangerie traditionnelle marocaine. Il n’en fallait pas plus pour que le ministre de l’Education nationale se fasse farcir su une toile qui s’enflamme et tourne en dérision cette nouvelle séquence plus amusante que dramatique d’une actualité nationale abonnée définitivement à la rubrique «fait divers». Pris le main dans le livre scolaire, le Premier ministre Al Othmani qui a fort à faire pour séparer le bon grain de l’ivraie se dit contre l’usage du moindre vocable de la darija dans l’enseignement tout en désignant le coupable : le ministre Mohamed Amzazi sommé ainsi de s’expliquer sur cette nouvelle affaire qui a empoisonné le climat de la rentrée scolaire et fait ressurgir le faux débat qui divise les pro et les antidarija sur son utilisation à l’école. Pour espérer mettre fin à cette querelle stérile, le département de tutelle a invoqué des considérations strictement pédagogiques. «Les passages pointés du doigt ne concernent que 8 mots en darija sur les 150 pages d’un manuel qui en contient 8.000. Les mots en question n’ont aucune traduction en langue arabe, et certains se prononcent de la même manière dans toutes les langues, comme caftan et Djellaba, par exemple», a expliqué le ministère dans un communiqué. Mais c’est le commentaire très indigné et pétri de bon sens débité en darija châtiée du Maroc d’en bas d’une femme du peuple qui résume parfaitement l’état d’esprit de la masse qui fréquente l’école publique : «Nos enfants savent ce qu’est le baghrir, batbout et Msemen, ils vivent dedans les jours. Ce genre de choses, il faut les enseigner aux gosses de riches qui ne les connaissent pas et dont les parents les mettent dans des écoles privées onéreuses », peste-elle en substance dans une vidéo postée sur le Net, concluant qu’il est scandaleux d’abrutir les enfants de pauvres déjà abêtis avec des mots comme ça alors que les gosses des privilégiés apprennent les langues étrangères utiles comme le français et l’anglais. « honte à eux, trêve de mépris pour le peuple des défavorisés», rouspètet-elle. Une véritable leçon… Le ministre du batbout et du Baghrir doit en prendre de la graine…
 
 

à lire aussi :
Un magazine US classe IAM parmi les meilleurs employeurs
 Une énième distinction pour IAM. Le groupe dirigé par Abdeslam Ahizoune a été classé parmi les lauréats du palmarès « 50 Best...
Benkirane, l’idée-maîtresse !
Encore une fois, Abdelilah Benkirane, surnommé Boulahia, (le barbu) a montré qu’il tient la femme en haute estime ! Devant les députés de son parti réunis...
Nuit d’horreur dans un train de Lakhlie
Les passagers du train OujdaCasablanca ne sont pas près d’oublier la nuit d’horreur qu’ils ont vécue samedi 27 octobre à cause des intempéries. La...
Une marina à la place de la Samir ?
Le patron de la Samir Sheikh Mohamed Hussein Al Ammoudi, qui a promis d’injecter 10 milliards de DH dans le capital d’un raffineur exsangue, a un autre plan en...