Dernière minute ...
Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
La Grillardière sur le grill
Un petit tour à droite… Un petit tour à gauche… Un voyage dans une autre ville… Mais dites donc, la Grillardière est partout? Nous pouvons donc en déduire que la sauce prend et que la stratégie du management est cuisinée à point. Piqué de curiosité, le Bec Tranchant a néanmoins envie d’y faire un tour, histoire de comprendre cet engouement pour cette enseigne de restauration 100% marocaine. Arrivés devant le restaurant, dans le quartier Gauthier, nous constatons la présence d’un agent à la porte d’entrée. Tout de suite rassurant, il faut l’avouer, nous nous sentons pas en sécurité, malgré le fait que l’établissement soit inaccessible aux passants, de l’extérieur. Nous informons tout d’abord un serveur du nombre de personnes à table. L’air étonné, il nous propose nous attabler là où nous voulons alors que plusieurs tables semblaient réservées. Soit, on se nichera dans un petit coin. Les menus sont déjà disposés, afin de gagner du temps… enfin c’est ce que nous pensions. Nous avons eu le temps de le lire, le relire, en large et en travers, le reposer sur la table, regarder les serveurs dans les yeux… rien n’y fait, personne ne vient vers nous. Quinze minutes plus tard, nous commençons à avoir faim. Nous précisons avoir volontairement patienté sans faire appel aux serveurs afin de calculer le temps nécessaire qui leur faudra pour venir vers le client. Mais après avoir vu des clients fraîchement débarqués être servis avant nous, le déjeuner risquait de tourner au désastre, nous avons donc décidé de lancer un « khoya 3afak », agacé. Première commande passée, le serveur ne prend pas de note. A la seconde, il sort son calepin et nous demande de répéter la première. Ce déjeuner va être glorieux, on le sent d’ici. Les boissons sont immédiatement servies, lorsqu’un groupe arrive dans le restaurant réclamant la table réservée. Etonnement et surprise peuvent se lire sur les visages des serveurs qui se regardent et balbutient quelques explications. Une solution a rapidement été trouvée, mais les clients ne semblaient pas contents de ce léger contretemps. Les plats sont parallèlement arrivés rapidement, moins de vingt minutes. Le Bec Tranchant a décidé de déguster un coquelet à la moutarde. S’il était légèrement brulé sur le haut, il était cependant succulent. La viande était très tendre, elle ne collait absolument pas, glissait presque entre les doigts. La sauce était parfaite, ni trop épicée, ni pas assez, nous avons d’ailleurs posé nos ustensiles de cuisine pour attaquer le plat… à la main ! Le coquelet est accompagné de riz et légumes. Ces derniers étaient tendres et croquants à la fois, sans rien perdre de leurs saveurs. Le riz était excellemment épicé et très tendre en bouche. Une fois les plats finis, personne ne débarrasse. Ne tentez pas de demander l’addition, on ne vous l’apportera pas. Levez-vous donc à la caisse pour régler. C’est à ce moment que deux serveurs apparaissent, sourire aux lèvres, pour nous demander si le déjeuner était bon. A quoi nous avons répondu : «Heureusement que le Chef est doué pour sauver la mise !». 

à lire aussi :
#Jesuisraef : un blogueur dans la tourmente
«Si tu es Charlie, tu es Raef», lit-on sur twitter où l’on souligne avec force commentaires l’hypocrisie des chancelleries occidentales qui ne semblent guère se...
En mauvaise compagnie à Coffeeshop Company
La nuit sur la côte casablancaise, les choix de sorties sont multiples. En journée, il suffit de traverser le trottoir pour choisir un restaurant, parfois avec vue. Ayant...
Ces Américains qui cassent les flûtes
Un musicien canadien d’origine marocaine a vu ses instruments détruits à l’aéroport JFK de New York car ils étaient considérés comme...
Justice bien ordonnée commence par soi-même….
Alors que Mohammed Aujjar n’a pas eu le temps de prendre connaissance des dossiers hérités de Mustapha Ramid que l'Instance Nationale de Protection des Biens Publics lui a mis...