Dernière minute ...
Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
La gloire de mon père
A vec son dernier livre « Même pas mort», paru aux éditions Le Fennec, Youssouf Amine Elalamy propose un voyage mélancolique. Une quête initiatique au cours de laquelle l’auteur veut faire renaître son père à travers son encre, qu’il décrit comme «sa vraie vengeance et son unique revanche sur la mort», en volant à son père son passé pour lui inventer un avenir. En dix chapitres, le récit suit l’auteur, inconsolable après la mort de son père, dans son désir de le ressusciter en creusant dans son passé. Tout commence par une photo de classe de 1956 publiée sur le blog du lycée Mangin de Marrakech, dans laquelle figure le père de l’auteur. Cette photo en noir et blanc, ces camarades de classe figés pour l’éternité avec ce simple sourire de circonstance dicté par l’injonction du photographe et ce mutisme pesant émanant de la photo éveillent en l’auteur un besoin d’enfanter ces personnes et de disposer de leur vie comme on dispose d’une matière ou d’une couleur, en choisissant des vies au hasard et en déroulant les phrases les unes après les autres. S’en suivent alors des histoires envoutantes sur la vie de chacun de ces camarades de classe, émanant de l’imagination de l’auteur et de son désir de souffler une étincelle de vie dans ces corps figés dans la photo leur inventant des histoires remplies de péripéties auxquelles il prend part également. Néanmoins, un détail attire l’attention de l’auteur, son père a les yeux fermés sur la photo. Ce détail qui rompt à lui seul le silence de la photo a permis à son père de se détacher du groupe, comme s’il s’exerçait déjà à mourir. C’est à travers les yeux fermés du père sur la photo que l’auteur ouvre les siens. Désormais, il regarde pour deux, écrit pour deux, fouille dans les plis de sa mémoire et éventre ses souvenirs pour faire respirer son père. Il couche sur le papier la vie qu’aurait eue son père en sa compagnie, lui inventant un avenir et un destin remplis d’histoires. Dans sa quête du père, l’auteur, puisant dans son imagination, n’hésite pas à endosser son identité et à porter son visage comme on porte un masque qui dévoile plus qu’il ne cache. Ecrivain et artiste marocain, Youssouf Amine Elalamy est l’auteur de plusieurs romans, notamment «Un Marocain à New York», «Les clandestins» qui a reçu le Prix Grand Atlas et le Prix le plaisir de lire, «Paris mon bled», «Miniatures», «Oussama mon amour», «Amour nomade» et « Drôle de printemps». En 2005 il a publié un livre en darija, « Tqarqib Ennab » et avait obtenu en 1999 le Prix du meilleur récit de voyage décerné par le British Council international pour ses écrits en anglais
 
 

à lire aussi :
Quel avenir pour la francophonie?
 Malgré les nouvelles orientations prises dans le secteur éducatif, les difficultés scolaires s’en deviennent que trop courants et le clivage entre...
Expo : Le sacre du corps de Sebti
Académicien à la technique maîtrisée, d’une palette flamboyante, Rachid Sebti, l’éternel amoureux du corps féminin, sujet inépuisable,...
Maï-do Hamisultane, cri de cœur d’une maman
La Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l'étranger a organisé, lundi dernier à Rabat, une rencontre dédiée à la...
L'’étranger et l’Arabe de Saad Khiari
L'écrivain et cinéaste Saad Khiari vient de signer un nouveau roman "Le soleil n'était pas obligé" aux éditions Orients qui reprend "L'étranger" de...