Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
Doukkali agit enfin !
Une série de postes sont à pouvoir dans l’administration de la Santé. Ainsi en a décidé le ministre de tutelle Anas Doukkali qui a signé un appel de candidatures dans ce sens en date du 8 janvier. Parmi les postes concernés, celui du puissant directeur de la pharmacie et du médicament (DMP) occupé depuis plusieurs années par le Dr. Omar Bouazza. Ces derniers temps, le nom de ce dernier a été mêlé à des accusations qui entachent gravement son image de probité formulées à son encontre par certains industriels pharmaceutiques par la voix de l’ancien directeur de l’association marocaine de l’industrie pharmaceutique (AMIP) Abdelmajid Belaïch (Voir le Canard 514). Celui-ci a soutenu en présence de l’accusé lors d’une émission radio consacrée à la politique du médicament au Maroc que ce dernier avait demandé aux labos pharmaceutiques opérant au Maroc de financer à hauteur de 3 millions de Dh la troisième édition des assises nationales du médicament et des produits de la Santé qui a eu lieu 23 au 24 février dernier à Skhirat. Même si cette somme n’est certainement pas allée à la poche de Omar Bouazza, elle a servi au financement de l’organisation de ces assises sous forme de location de stands par les laboratoires pharmaceutiques, cette pratique révèle au grand jour un conflit d’intérêt patent entre le régulateur qu’est la direction du médicament chapeauté par M. Bouazza et les laboratoires pharmaceutiques opérant au Maroc. Sur un plan éthique, ces deux entités, censées être indépendantes l’une de l’autre, n’ont pas à entretenir des relations de ce genre au risque d’être taxées d’incestueuses dans un secteur sensible ayant trait à la santé du citoyen. Alors quel remplaçant pour tourner la page Bouazza ? Certaines sources avancent le nom de Farid hakkou, professeur, chef de service de pharmacologie à la faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca et secrétaire général du Comité d’éthique de la recherche biomédicale. Toutefois certains observateurs avisés se demandent si M. hakkou est l’homme qu’il faut pour faire oublier les méthodes décriées de Dr. Bouazza. En effet, le professeur hakkou entretient des relations avec le lobby du médicament national pour avoir été était actionnaire entre le milieu des années 1990 les années 2000 dans Les Cahiers du médecin et Le Caducée, deux revues médicales éditées à Casablanca.
 
 

à lire aussi :
Panne sociale chez Delphi Tanger
L’écosystème automobile cher à Moulahom Hafid signe sa première panne. La preuve par Delphi Tanger dont les employés sont entrés récemment en...
Les autorités font avorter le projet Ayouch
Le projet du colloque sur les libertés individuelles porté par le pubeur Nourredine Ayouche et son « Collectif Démocratie et Libertés », qui devait se tenir...
Afailal se mouille
Charafat Afailal a dégotté une cause pour exister «ministériellement». En mal d’attribution, la secrétaire d’Etat a lancé récemment...
Karim chez Nabila
Karim Tazi a fini par rejoindre les gauchos du PSU dirigée par la BCBG Nabila Mounib. Le patron de Richbond, qui s’emploie sans trop convaincre à se tailler une image...