Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Trump veut déstabiliser Mueller
«Comme l’affirment de nombreux spécialistes du droit, j'ai le pouvoir absolu de me gracier, mais pourquoi le ferais-je alors que je n'ai rien à me reprocher?» a écrit Donald Trump dans un de ses tweets matinaux, où il déplorait une «chasse aux sorcières». Un mot qu’il a utilisé une quinzaine de fois en mai sur Twitter pour évoquer l'enquête du FBI, le service de renseignement intérieur, menée par le procureur spécial Robert Mueller. Cet ex-directeur du FBI (2001-2013), à l'impeccable réputation, a été nommé par le ministère de la Justice, le 17 mai 2017, afin de faire la lumière sur une possible collusion entre l'équipe de campagne du candidat ré- publicain et le gouvernement russe. Lent, silencieux, méthodique et imperturbable, Robert Mueller avance comme une machine. Lundi soir, l'équipe du procureur spécial a déposé une nouvelle plainte devant la justice contre Paul Manafort, ancien directeur de campagne du candidat républicain. Déjà inculpé pour fraude fiscale et bancaire, blanchiment d'argent et conspiration dans ses relations d'affaires avec des milieux ukrainiens prorusses et assigné à résidence, Paul Manafort est accusé de subornation de témoin. Mardi, un juge lui a donné jusqu’à vendredi pour répondre aux accusations. Selon le procureur spécial Robert Mueller, Paul Manafort a contacté des témoins par téléphone ou par messages cryptés pour tenter de les convaincre de faire des « faux témoignages ». Une telle activité viole les termes de sa mise en liberté sous caution et pourrait lui valoir l’emprisonnement en attendant le début du procès, précise le procureur dans sa motion au juge. En février, Manafort avait plaidé non coupable aux accusations de blanchiment d’argent et lobbying illégal, pour lesquelles le procès devrait commencer le 17 septembre. En mars, il avait également plaidé non coupable de fraudes fiscales et bancaires. Le procès pour ces accusations est lui prévu pour le 10 juillet. ix-neuf personnes et trois sociétés ont été inculpées dans le "Russiagate". Quatre membres de la campagne de Trump sont concernés : son ex-directeur de campagne, Paul Manafort, et son associé, Richard Gates, ainsi que deux ex-conseillers, George Papadopoulos et Michael Flynn. Les trois derniers ont accepté de coopérer avec la Justice. Mais leurs mises en accusation ne relèvent pas, pour l'heure, d'une collusion directe avec la Russie. Alors qu'il vient d'entamer sa deuxième année d'investigation, Robert Mueller garde la plus grande discrétion sur ses découvertes. Donald Trump n'a cependant pas attendu qu'il dévoile son jeu pour sonner la charge et tenter de faire disparaître par tous les moyens légaux cette épée de Damoclès.
 
 

à lire aussi :
La voix de l’extrême inquiète l’Espagne
 L"Espagne a cessé d’être l’un des rares pays réfractaires à l’extrême droite en Europe. Avec Vox, l’Espagne subit elle aussi le tsunami...
Algérie : les citoyens essorés
L’Algérie dont l’économie est secouée de plein fouet par le plongeon des prix du pétrole envisage d’abandonner la politique de subvention...
La Tunisie veut son Patriot Act
Afin de lutter contre la menace terroriste de plus en plus inquiétante, les autorités tunisiennes ont décidé, elles aussi, de s’offrir un Patriot Act. Il...
Sissi, la colère du pharaon
 La qualification de l’élection présidentielle de «comédie absurde» par une partie de l’opposition de gauche a visiblement provoqué la...