Dernière minute ...
Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social Le Roi Mohammed VI a décidé mercerdi 1er août 2018 de mettre fin aux fonctions de Mohamed Boussaid, en tant que ministre de l'Economie et des finances La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
La révolte des nouveaux pauvres
On a désormais la confirmation de ce que nous avons été les premiers à écrire au Canard : la campagne de boycott des produits de grands groupes marocains (Afriquia, Les Eaux minérales d’Oulmès et Centrale Danone) n’est qu’une action de manipulation des esprits dont les initiateurs ont instrumentalisé la colère sociale des couches mal loties pour discréditer Aziz Akhannouch, moins l’opé- rateur économique que l’homme politique. C’est lui et son projet politique construit en tant que leader du RNI qui était pris pour cible par ceux qui ne voulaient pas le voir prendre la tête du gouvernement en 2021. Il s’agit des brigades électroniques dévouées à Abdelilah Benkirane dont il reste à prouver qu’il est le commanditaire direct de cette kabbale anti-Akhannouch, déguisée en révolte contre la cherté des produits mis en cause. Mais, ont-ils vraiment besoin d’un signal explicite de celui qui, souvenez-vous, avait riposté à la dynamique Akhannouch devant les congressistes de la Jeunesses islamiste organisé en février 2018, en s’interrogeant non sans ironie sur la « voyante » qui aurait prédit au leader du RNI la victoire lors des législatives de 2021, tout en le mettant en garde contre le mélange de la fortune et du pouvoir ? Les propos de l’ex-secrétaire général du PJD ont fait florès dans les médias et provoqué une méchante crise politique au sein de la majorité gouvernementale. Ce sont ces éléments de la rhétorique benkiranienne à tout ce qui ne ressemble pas à une caricature islamiste, accompagnés souvent d’attaques personnelles, qui ont été ensuite développés contre Aziz Akhannouch sur les réseaux sociaux bien avant le fameux appel au boycott. Celui-ci n’est que le point d’orgue, l’aboutissement de cette musique anti-patron du RNI qui est montée crescendo, diffusée comme un poison sur Internet. C’est tout, sauf un travail d’amateurs. Nous sommes face à une grosse machine qui a mobilisé des moyens colossaux, fournissant du travail à jet continu contre un seul homme à tous les corps de métiers d’une superproduction de la haine virtuelle : scénaristes, rédacteurs, cameraman, spécialistes du montage et surtout du photomontage. Tous ont été recrutés pour livrer du anti-Akhannouch à toutes les sauces assaisonnées à la diffamation, l’affabulation et l’injure. Il serait intéressant de connaître l’identité de ceux qui alimentent en sous-main le tiroir-caisse de cette casse… Au fait, savez-vous que les pages les pages Facebook à l’origine du boycott ont été domiciliés à l’étranger, au Canada et au Brésil et que les meneurs de cette entreprise malveillante sans précédent se sont inscrits sous de faux profils ? Donc, tout est faux dans cette histoire : les objectifs proclamés et les noms des instigateurs. Seuls étaient vrais les groupes de boycotteurs qui ont suivi le mouvement pour exprimer leur exaspération face à la vie chère après avoir été abreuvés virtuellement jusqu’à l’overdose de fake news sur un supposé monopole des entreprises boycottées dans leurs secteurs d’activité. Facilement chauffés à blanc, les vrais boycotteurs ont été présentés comme issus de la classe moyenne. Mais de quelle classe moyenne s’agit-il puisqu’il y en a plusieurs selon une étude du HCP de Ahmed Lahlimi ? Certainement pas la classe moyenne supérieure dont le revenu permet de joindre les deux bouts. Mais ce que le Canard appelle les nouveaux pauvres, ceux qui vivant en couple dans l’axe Rabat-Casa avec un ou deux enfants à charge touchent un revenu de moins de 20.000 DH. Ils sont cadres moyens ou fonctionnaires, âgés entre 35 et 40 ans, plus ou moins politisés, produits pour la plupart de l’arabisation et fortement fiscalisés. Paupérisée, cette catégorie sociale de plus en plus nombreuse subit de plein fouet la vie chère. Après avoir payé toutes ses traites mensuelles (logement, voiture, école des enfants) et autres taxes, elle ne lui reste pas grand-chose pour vivre. Quant aux pauvres de toujours, ils ont longtemps appris à survivre en conjuguant système D'assistanat et solidarité familiale. Ceux-là sont des boycotteurs d’office d’une flopée de produis et services dont ils n’ont pas les moyens et se battent juste pour assurer le strict minimum. Lors de sa prestation mensuelle devant le Parlement, Saad Eddine Al Othmani a dit comprendre « la jeunesse de Facebook dont il soutient la lutte contre la rente et la prévarication». Après avoir longtemps observé le silence face à la campagne de boycott, le Premier ministre tente de faire de la récupération politique sans poser les problèmes de fond et les fonds du problème. Il faut beaucoup plus que des petites envolées démagogiques pour s’attaquer à l’appauvrissement aggravé d’une bonne partie de la population active. Les mesures d’urgence doivent prendre deux directions : agir pour remettre du pouvoir d’achat dans le panier de la ménagère et légiférer pour introduire de la transparence et de la responsabilité dans les réseaux sociaux. Et ce n’est certainement pas en continuant à regarder ailleurs tout en ayant urne dans la tête alors que le pays est en ébullition, que la société renouera avec l’apaisement social. n
 
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Les fake news font la loi
Il a fallu près de deux semaines pour que le gouvernement Al Othmani sorte de son silence dans l’affaire du boycott des produits de trois entreprises marocaines. Quand il a...
Trump, c’est Trump
Un adage bien marocain dit : faire le fou permet de gagner. Et c’est cet adage qui s’applique bien à Donald Trump. Il est certain que le président américain...
Al Adl Wal Ihssane a bon dos
Depuis quelque temps, le gouvernement Benkirane mène une politique frappante, notamment à l’égard des corporations qui osent manifester contre les décisions...
L’abattage dans tous ses états…
L’enquête récemment divulguée par la Cour des comptes sur l’état des abattoirs ne fait que confirmer, chiffres clairs et faits tangibles à l’appui,...