Dernière minute ...
Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Côté Basse Cour
L’incompétence au pouvoir
Touché de plein fouet par les contrecoups d’une libéralisation mal faite, révélée au grand jour par le rapport sur les hydrocarbures, le PJD au pouvoir envisage de revenir à un dispositif d’encadrement des prix. Or, c’est le gouvernement de Abdelilah Benkirane qui a défendu bec et ongles et mis en œuvre le système de décompensation des carburants dont la subvention a mis à mal les finances publiques dans des proportions abyssales. Et voilà que les islamistes pensent désamorcer la bombe du carburant en revenant sur une décision qu’ils ont concrétisé en 2015. Cette volteface porte un nom : l’incompétence. Ce n’est qu’à la faveur de la campagne de boycott qui part dans tous les sens que les islamistes ont réalisé que leur décision de décompenser les carburants s’est faite sans mesures d’accompagnement ni contrôle de l’évolution des prix à la pompe et ni filets de protection au cas où le prix du baril retrouverait ses niveaux de hausse historique. Avec le PJD aux manettes, le Maroc n’en finit pas de rouler en roue libre. Mais pour accentuer le mouvement, Al Othmani et son équipe travaillent sur un dispositif visant à atténuer les effets de la décompensation future du gaz butane et du sucre sur le pouvoir d’achat des Marocains. Il s’agit d’une espèce de carte du pauvre permettant aux plus démunis de bénéficier d’une aide mensuelle directe prélevée sur le budget dédié au soutien de ces produits. Aux amis de Benkirane, il convient de demander non pas combien d’emplois mais d’assistés qu’ils ont créés.

à lire aussi :
Les accès de Moubdie
Seul le ministre l’inénarrable Mohamed Moubdie trouve séduisant le projet de loi relatif au droit d’accès à l’information. Mieux, le ministre MP de la...
Terrorisme footballistique
Le club du Raja est en train d’étudier la meilleure démarche à entreprendre vis-à-vis des autorités algériennes en vue d’obtenir la...
Les pharmaciens d’officine repartent en grève
Après une grève peu suivie le 7 mars 2017 et une autre annulée en juin 2018, les pharmaciens d’officine récidivent en appelant à nouveau à un...
Très cher gasoil
Une nouvelle augmentation du prix du gasoil à hauteur de 45 centimes est intervenue mercredi 16 juillet, ce qui a fait porter le tarif du litre à 10 DH. Depuis l’arrivée du...