Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
A la recherche de la cité perdue
Intitulé «Zadiq ou la cité du salut», ce premier roman arabophone d'anticipation de l’écrivain marocain Hassan El Goni se situe sans prétention dans la lignée des Wells, Dick et Clarke. Qu'arrivera-t-il lorsque la Terre aura subit les dégâts de guerres chimiques et nucléaires, que sa population ne pourra plus y vivre comme avant ? Comment l’homme survivra-t-il dans un futur chaotique ? Qu’apportera la technologie à un univers complétement dévasté par les querelles et les confits entre les grandes puissances? Et si finalement la civilisation n’était finalement pas plus solide qu’un vulgaire château de carte en équilibre précaire ? Surtout ne vous y méprenez pas. «Zadiq ou la cité du salut» n’est de ce genre de fiction qui s’attache à définir la chute de l'empire humain dans un futur lointain, après des siècles et des siècles de progrès, la civilisation s’effondrant telle la Rome antique. A travers les mésaventures de son héros, Zadiq, l’auteur propose un univers extrêmement riche. Avec un style simple et fluide, Hassan El Goni parvient avec une simplicité naturelle à vulgarisé de nombreuses disciplines comme la politique, la sociologie, la philosophie, le clonage, l'écologie et bien entendu la théologie. Le principal protagoniste de ce roman se veut comme un prophète qui guidera les survivants vers la terre promise. Car l’unique endroit où ils pourront retrouver une existence normale, c’est la «cité du salut ». Et c’est Zadiq qui les y conduira. C’est quoi cette ville ? Qu’y trouverontils ? Chaque faction cherche le Messie pour le guider vers un futur meilleur. Zadiq représente donc l’espoir. Un espoir nécessaire de nos jours pour faire comprendre à tous qu'on peut venir de cultures différentes et quand même partager des valeurs communes. «Zadiq ou la cité du salut», c'est l'assurance d'un dépaysement total. Que ce soit sa science ou son monde terrifiant, vous allez vivre une aventure bouleversante en compagnie de Zadiq et ses compagnons. Il s’agit du premier essai de fiction pour Hassan El Goni qui s’annonce promoteur surtout que l’auteur s’attaque à genre nouveau dans la littérature arabophone marocaine.

à lire aussi :
Festival Gnaoua : Quand la musique fusionne les cultures
Pour sa dix-huitième édition, le Festival Gnaoua Musiques du Monde réunira en l'espace de quatre jours un bel ensemble éclectique de danses et musiques. Placée sous...
L’Institut français vibre aux rythmes du Ramadan
Les Nuits du Ramadan revient du 24 au 30 mai 2018 dans 12 villes au Maroc qui deviendront le temps de ce mois sacré des lieux de dialogue des musiques du monde. Cet événement,...
La Marche Verte en BD version Marvel
Après plusieurs festivals internationaux, le réalisateur américain d’origine marocaine, Ayoub Qanir, revient avec un projet typiquement marocain. Il compte créer une...
Prix Grand Atlas : Et les gagnants sont…
Le Prix Grand Atlas dans sa 23e édition a été remporté cette année par les écrivains Reda Sadiki, Nezha Lakhal-Chevé et Anne Buguet et au traducteur...