Dernière minute ...
Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Les fake news font la loi
Il a fallu près de deux semaines pour que le gouvernement Al Othmani sorte de son silence dans l’affaire du boycott des produits de trois entreprises marocaines. Quand il a décidé enfin de communiquer c’est dans le cafouillage total qu’il le fait en attisant en plus la colère des internautes adeptes du boycott en raison du propos de son porte-parole Mustapha El Khalfi lors du traditionnel point de presse tenu à l’issue de la réunion du dernier conseil du gouvernement. M. El Khalfi a menacé de poursuites judiciaires « les boycotteurs propageant de fausses informations préjudiciables à l'économie nationale ». Le ministre islamiste ne voulait certainement pas dire ça mais il a dû mal s’exprimer sur un sujet sensible et de haute importance. Ce qui est impardonnable pour un porte-parole gouvernement censé énoncer les problèmes avec clarté pour éviter d’ajouter l’huile sur le feu. Il aurait fallu que M. El Khalfi s’attaque dans sa sortie au phénomène des fake news, les fausses nouvelles, et aux plate-forme électroniques anonymes qui les inventent pour abuser de la naïveté et de l’ignorance de bataillons d’esprits non avertis connectés aux réseaux sociaux… Ceux-là sont victimes de cette propagande mensongère, qui est à la base une opération de déstabilisation politique (Voir le Canard Libéré n°521), qui décuplé par la puissance du web a porté un coup sérieux au business et à l’image des entreprises Centrale Danone, Afriquia et les Eaux minérales d’Oulmès. Phénomène mondial, les fake news pourrissent la vie politique de nombre de pays occidentaux et servent à salir la réputation de certaines personnalités qui dérangent. Alors qu’il est candidat à la présidentielle française, Emmanuel Macron n’a-til pas été visé en pleine campagne par de fausses nouvelles véhiculées selon lui par deux médias électroniques russes ? Objectif inavoué de ces calomnies par voie numérique : le discréditer aux yeux des électeurs pour l’empêcher d’accéder à l’Elysée. La campagne de boycott à la marocaine est de la même essence puisqu’elle n’est en vérité qu’une arme dirigée contre un seul homme : Aziz Akhannouch. Moins l’opérateur économique propriétaire des stations d’essence Afriquia que l’homme politique qui dirige un parti, en l’occurrence le RNI. Un parti qu’il a efficacement restructuré depuis qu’il a été élu à sa tête pour en faire une machine de conquête du pouvoir en 2021. La création de fausses nouvelles sur les prix des produits des trois entreprises boycottées en les diffusant massivement sur les réseaux sociaux a servi d’habillage à cette opération anti-Akhannouch fomentée et entretenue par les brigades électroniques dévouées à Benkirane. Faut-il se résigner devant ce qui ressemble à l’une des armes destructrices d’une guerre virtuelle fé- roce au risque d’encourager, voire de dorer ce fléau ravageur dont tout un chacun a pu mesurer les conséquences néfastes sur l’économie nationale et la vie de la nation ? Ou bien il faudrait prendre le problème à bras-le-corps pour faire pièce par la force de la loi aux menées de ces manipulateurs de la réalité ? Touché directement dans son honneur et sa dignité par les fake News dont il connaît les dangers sur la démocratie, M. Macron a fait de la lutte contre ce phénomène une grande priorité. D’où le projet de loi «de fiabilité et de confiance de l’information» concocté par le gouvernement visant à dépoussiérer l’arsenal juridique existant pour l’adapter à l’ère numérique. L’exécutif marocain, qui ne peut pas rester les bras croisés devant la menace de fake news, doit à son tour agir pour fixer un cadre juridique contraignant pour le Net soumettre les usagers de la toile même si dans un univers aussi mouvant que complexe, la tentation de légiférer est un exercice périlleux. Le délit de fausse nouvelle existe déjà pour la presse écrite qui est responsable du contenu de ce qu’elle publie devant la justice. Le même délit doit pouvoir exister pour ceux qui inventent ou véhiculent l’intox sur Internet. Soit l’Etat prend l’initiative de soumettre les contenus virtuels à la loi soit ce sont les fake news qui à défaut feront la loi.
 
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Allumettes suédoises
La diplomatie marocaine fonctionne encore à l’ancienne, c’est-à-dire avec les tares du passé. Manque d’initiative, absence d’anticipation et...
La Smit plombée par Douiri
Le monde est tombé à bras raccourcis sur la société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT) épinglée par la Cour des comptes dans son dernier...
Insécurité éducative
Très peu flatteur pour le Maroc dont il a relativisé les progrès réalisés a cours des 15 dernières années. Le dernier mémorandum de la Banque...
Le Maroc tourne la plage
Le littoral marocain fout aussi le camp sous les coups de boutoir répétés du bétonnage. A force de laxisme et de complicités souvent sonnantes et tré-...