Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Côté Basse Cour
Moulahom Hafid passe à la vitesse supérieure
Un arrêté ministériel a été publié au BO du 3 mai donnant aux associations de protection des consommateurs non reconnues d’utilité publique d’ester en justice. C’est la joie chez les concernés d’autant plus que cela fait près de 5 ans qu’elles attendent ce statu qui leur est enfin conféré en pleine campagne de boycott des produits de trois entreprises. Simple coïncidence ? Mais la joie des associations sera de courte durée quand ses dirigeants prendront connaissance du texte de l’arrêté cosigné par le ministre du Commerce et de l’Industrie Moulahom Hafid et son collègue de la Justice Mohamed Aujjar. Ester en justice n’est pas automatique. Sévèrement encadré, il est conditionné par une autorisation spéciale délivrée par le département de la Justice «pour une durée de trois années renouvelables pour des périodes équivalentes et selon les mêmes conditions d'octroi». Après examen de la demande de telle ou telle association de défense du consommateur, le ministère de la Justice adresse une copie du dossier au ministère de tutelle-concerné par l’objet du litige- tenu d’émettre ses observations dans un délai n’excédant pas un mois. Si l’objet de la plainte porte par exemple sur un abus supposé en relation avec le train, le département du Transport est obligatoirement informé pour donner son avis sur le bien-fondé de la plainte. Vous avez dit absurde ? Cette condition a fait rire bien des spécialistes…. Au Maroc ester en justice dans des affaires en relation avec la protection du droit du consommateur, qui suppose la possibilité de saisir la justice et se constituer partie civile sans avoir à demander l’imprimatur de l’administration, n’a visiblement pas la même signification que sous d’autres cieux. Autre frein et non des moindres, l’autorisation spé- ciale de recourir à la justice par une association de défendre du consommateur est subordonnée à un «accord avec un avocat ou un cabinet d'avocats pour assurer sa représentation devant la justice». Etant donné que la majorité des associations est dépourvue de ressources financières, il est fort probable que cette disposition stipulée dans l’article 35 de l’arrêté est de nature à refroidir bien des ardeurs, surtout que les procédures judiciaires dans le cas d’espèce sont coûteuses. Du coup, l’arrêté de Moulahom et de Aujjar ressemble bien à un plan de freinage de la défense du consommateur. Signée Mackenzie ? Moralité : ester en justice dans ces conditions devient d’une inextricable simplicité.
 
 

à lire aussi :
L’OCP lève des fonds
Le groupe OCP envisage de réaliser une importante levée de fonds. L’opération a obtenu récemment  le visa de l’Autorité marocaine du marché...
Mais que fait interpoule ?
Dans l’emballage de ces pilons de poulet de Koutoubia figure une innovation de taille qui n’a pas échappé à la vigilance du Canard qui faisait un tour sur les...
Mouvement dans le directoire de IAM
Le Conseil de Surveillance de Maroc Telecom a nommé Hassan Rachad membre du directoire, en remplacement de Rachid Mechahouri appelé à d’autres fonctions au sein du groupe....
Molahom taille un costume aux Turcs
 Désormais, les tissus et l’habillement d’origine turc n’entreront plus sur le marché marocain sans s’acquitter de droits de douane de l’ordre de 20%....