Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
L’école se révolte contre Trump
C’est un mouvement qui s’étend comme un feu de forêt aux Etats-Unis. Virginie-Occidentale, Kansas, Arizona, Colorado… Après les élèves, ce sont désormais des professeurs qui mènent la fronde dans des États républicains. Ils sont de plus en plus nombreux à réclamer des hausses de salaires et la défense d’un enseignement public de qualité. Des milliers de professeurs de l'école publique sont ainsi descendus dans la rue pour protester contre leurs conditions de travail et des moyens qui se réduisent. De nombreux Etats ont en effet coupé le budget de l'éducation durant les années de crise, sans toutefois l'augmenter depuis que la situation économique s'est améliorée. Les enseignants réclament, entre autres, des revalorisations salariales et des moyens supplémentaires pour leurs établissements. Des vidéos mises en ligne ces derniers jours sur Internet montraient le délabrement de certains établissements, des fuites d'eau, des manuels scolaires en lambeaux... Les professeurs de Virginie occidentale ont été entendus : l'Etat a voté une hausse de leurs salaires de 5 %. Dans l'Oklahoma, cela ne suffira pas. La ville d'Oklahoma City a bien proposé une augmentation de 16 %, financée notamment par la hausse des taxes sur l'essence ou le tabac. Mais les enseignants ont d'ores et déjà répondu que ce n'était pas assez. En moyenne, dans cet Etat, ils reçoivent 45.000 dollars par an (environ 3.000 euros par mois). Le mouvement a surpris car il semble échapper aux syndicats, très affaiblis aux Etats-Unis, et aux organisations traditionnelles. Certaines manifestations ont ainsi été décidées sur les ré- seaux sociaux et les leaders sont souvent de jeunes professeurs, remontés contre la politique de Donald Trump et galvanisés par le récent mouvement des lycéens et des étudiants contre les armes à feu. Les manifestations devraient encore s'étendre dans les prochains jours. Les enseignants de l'Arizona demandent déjà des augmentations de 20 % et d'autres Etats se trouvent dans la même situation, en particulier des Etats contrôlés par les républicains. L'éducation pourrait être l'un des sujets les plus débattus lors de la campagne pour les élections de mi-mandat , en novembre. L'opinion reste attachée à l'école publique et les enseignants menacent de faire pencher la balance dans des Etats indécis, jusqu'ici aux mains des républicains...
 
 

à lire aussi :
Starbucks broie du noir
La chaîne Starbucks tâche de préserver son image. L’entreprise, spécialiste des boissons chaudes a pris la décision de fermer l'ensemble de ses cafés aux...
Daech, les origines du mal
L’État islamique en Irak et au Levant (EI) contrôle aujourd’hui un territoire grand, à cheval sur deux pays, la Syrie et l’Irak. Sa fortune est comparable...
Sergueï Skripal, la mort dans la peau
L’assassinat de l’ancien espion russe Sergueï Skripal a immédiatement fait resurgir le souvenir d’Alexandre Litvinenko, un ex-agent des services secrets russes...
Al Sissi renoue avec Abdelfettah
Le double attentat qui a frappé, dimanche 9 avril, deux églises chrétiennes d’egypte, tuant au moins 44 personnes, n’a malheureusement pas surpris la minorité...