Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Cosumar, une performance tout en douceur
Comptant parmi les entreprises les plus performantes de l’agroalimentaire, Cosumar a su grâce à un management performant créer de la valeur et la consolider aussi bien sur l’amont que l’aval agricole.
 
a compagnie sucrière marocaine (Cosumar) a révolutionné sa relation avec les planteurs agrégés par la mécanisation du train technique et la transformation digitale amont agricole. Canniers et betteraviers béné- ficieront bientôt d’un système de retraite dont des conventions de mise en œuvre ont été signées, mercredi 25 avril 2018 à Meknès, par la Fédération interprofessionnelle marocaine du sucre (Fimasucre) et la Caisse interprofessionnelle marocaine de retraite (CIMR). Évoluer dans au sein d’un écosystème moderne, performant et plus sécurisé est désormais garanti. Dans le cadre de sa nouvelle vision de développement 2017-2025, l’amont agricole a lancé plusieurs chantiers stratégiques. Objectif : atteindre de meilleures performances agricoles et industrielles et relever au passage le taux de couverture des besoins du pays en sucre en sécurisant l’approvisionnement en eau, augmentant la productivité des plantes sucrières, en développant la mécanisation de l’activité et en renforçant le rôle de la Recherche & Développement. Sans compter l’introduction d’autres technologies modernes telles que l’équipement des tracteurs en technologie GPS, la mise en place de stations météo, etc. Autant de chantiers qui constituent la colonne vertébrale du projet de transformation digitale de l’amont agricole dans le but d’en faire le socle de cette dynamique de transformation numérique qui devra permettre in fine de disposer d’un Système d’Information performant, disponible, sécurisé et évolutif. S’agissant du volet mécanisation, le développement du train technique des cultures sucrières est déterminant dans la modernisation des pratiques agricoles et l’optimisation des performances des cultures sucrières. Dans ce sens, « un plan d’action a été engagé par Cosumar et ses partenaires pour la promotion des sociétés de prestation de services agricoles, l’accompagnement technique et financier des agriculteurs ainsi que, l’introduction et le développement du matériel agricole adapté aux cultures sucrières. », explique-t-on du côté du management. Dans ce domaine, le chemin parcouru depuis le lancement du programme de promotion de la mécanisation est encourageant. Il a « connu un très fort développement sur l’ensemble du train technique des cultures sucrières. Des résultats très satisfaisants sont enregistrés. 100% en 2017 contre 55% en 2008 pour le semis mécanique de la betterave à sucre; la mécanisation des opérations du traitement mécanique est passée quant à elle de 32% en 2008 à 73% en 2017. Pour sa part, la mécanisation du binage a bondi de 32% à 71% en 2017 alors que la récolte mécanique de la betterave à sucre est passée de 4% en 2008 à 50% en 2017. Quant à la canne à sucre, la récolte mécanique a atteint 47% en 2017. Ces performances exceptionnelles sont le fruit de plusieurs efforts déployés pour réduire le coût de la prestation : subventions du matériel agricole ; encouragement de la fabrication locale ; sensibilisation des agriculteurs ; journées de démonstration ; études sur les avantages de l’enfouissement des feuilles et collets de la betterave à sucre dans le sol ; visites de benchmark entre périmètres et dans des pays avancés (Espagne, France, Allemagne) ; encouragement de la création des sociétés de prestations agricoles ; préfinancement du matériel technique nécessaire (à hauteur de 30 millions de Dh/an) et mise en place des conventions avec les organismes de financement, notamment le Crédit Agricole du Maroc.
 
Empreinte carbone
 
L’innovation n’est pas en reste. Elle est cœur de la stratégie de Cosumar qui a initié la fabrication locale du matériel de récolte de la betterave et des planteuses de la canne à sucre. Objectif : développer des machines adaptées aux besoins de l’agriculteur et tenant compte des améliorations à introduire au regard de l’expérience vécue ces dernières années avec l’utilisation des machines importées. Fabriquer localement présente en effet de nombreux avantages tels que la ré- duction du prix d’achat (moins 26%) et la diversification des fournisseurs. L’autre avantage est de « garantir un service après-vente de proximité et de capitaliser un savoir-faire de développement des machines agricoles.» dont 80% des pièces sont fabriqués localement. Ce qui permet la répartition de la valeur localement et de créer de l’emploi. Dans les années à venir, les innovations apportées par les nouvelles technologies (drones, désherbage automatisé, irrigation programmée …) vont permettre d’atteindre davantage d’objectifs de performance dans le cadre de la straté- gie du Groupe sucrier. Actuellement, dans certains périmètres pilotes, les machines agricoles utilisées sont déjà équipées de dispositifs GPS et de cartes magnétiques. Pilier de la filière sucrière nationale, leader de la production du sucre blanc au Maroc et agrégateur responsable et solidaire de 80 000 agriculteurs (en 2017), Cosumar, accompagne ses partenaires agricoles sur le plan financier, technique et social et les contrats d’agrégation mis en place et initiés par le Plan Maroc Vert visent à renforcer davantage la relation Win Win sur toute la chaîne de valeur. Ce rôle d’agrégateur s’articule autour de plusieurs actions, dont le soutien financier et l’encadrement technique des producteurs pour une meilleure productivité générant un accroissement important des revenus ; l’agré- gation implique aussi la prise en charge du transport de la production agricole vers les usines de traitement; la garantie d’une totale transparence lors de l’agréage de la betterave et de la canne à sucre dans les centres de réception modernisés ; une garantie d’achat de la production ; un fonds de solidarité pour protéger les agriculteurs en cas de mauvaises récoltes dues aux aléas climatiques dans le cadre de Fimasucre. Sur les volets RSE et écologie, Cosumar qui opère à partir des plantes sucrières locales dans 5 régions du Royaume (Doukkala, Tadla, Gharb, Loukkos et Moulouya) où sont implantées les 7 sucreries, en plus du raffinage du sucre brut importé au niveau de la raffinerie de Casablanca, enregistre également des résultats concluants. En 2012, le premier sucrier du Maroc (certifié ISO 14001) obtient le Label CGEM de la Responsabilité sociale et est distingué Pionnier de la RSE en Afrique par l’Institut RSE. Alors que l’adoption de technologies propres et « des investissements, dépassant les 7 milliards de dirhams, ont permis à fin 2016, de ré- duire en 10 ans, l’empreinte carbone de la filière sucrière de 44%. » « Nous continuons à consolider nos opérations en interne en tant qu'acteur responsable et social, nous mettons dans le centre de nos préoccupations l'Homme, à commencer par les agriculteurs partenaires », a déclaré le président de Cosumar, le discret et efficace Mohamed Fikrat, en marge de la 13e édition du SIAM qui s’est tenu du 24 au 29 avril 2018 à Meknès.
Jamil MANAR

à lire aussi :
La douane, meilleure affaire du Maroc
Connaissez-vous la meilleure affaire du Maroc ?  Attijari ? Vous n’y êtes pas ? Marsa Maroc ?  Vous n’y êtes toujours pas ? Les carrières de sable ? Non...
Pourquoi le Maroc se tire un ballon dans le pied
La stratégie d’intimidation de Donald Trump commence à porter ses fruits. Le lâchage du Maroc par ses premiers soutiens déclarés est en marche.   Donald...
La vérité sur la campagne de boycott
L’appel au boycott de trois grandes entreprises marocaines n’est au fond qu’une opération de déstabilisation politique visant Aziz Akhannouch l’homme politique...
Grève chez les courtiers d’assurances
 Les Agents et Courtiers d’assurances ont fait grève  lundi 26 février 2018. Ces derniers qui ont fermé ce jour-là leurs agences et cabinets...