Dernière minute ...
Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Le crash d’une imposture
 Une vérité éclatante a émergé des décombres de l’appareil de l’armée algérienne qui s’est écrasé mercredi 11 avril, juste après son décollage de la base aérienne de Boufarik…

Pour ceux qui en doutent encore, l’accident de l’avion militaire algérien transportant un contingent de soldats algériens et des miliciens du Polisario survenu le 11 avril fournit la preuve irréfutable de l’implication directe de l’Algérie dans le conflit du Sahara marocain.  Le secret de la présence des mercenaires fut maladroitement éventré par le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN) et président du parlement Djamel Ould Abbas qui dans une déclaration à chaud à la télévision Ennahar  TV a révélé  que parmi les victimes du crash de l’appareil qui a fait 257 morts  figuraient outre l’équipage 26 membres du Front Polisario… Tiens, tiens…Mais  que faisaient ces derniers dans un appareil miliaire de l’armée algérienne si l’Algérie comme il l’a toujours officiellement proclamé est neutre dans ce différend régional ? Egarés en plein désert, les mercenaires ont-ils été pris en auto stop aérien par l’Algérie amie des peuples fictifs courant sans cesse derrière le mirage de l’indépendance ?  La franchise involontaire d’Ould Abbas a poussé la direction du Polisario à publier un communiqué confirmant la présence de 30 sahraouis présentés dans une volonté de masquer une vérité flagrante comme «des malades et leurs accompagnateurs, hommes, femmes et enfants, qui revenaient d’Algérie où ils étaient allés se faire soigner». Se faire soigner contre le virus de l’endoctrinement chronique et sans issue ? 

L’avion, un Iliouchine II-76 de fabrication russe, s’est écrasé juste après son décollage dans un champ agricole inhabité, selon un communiqué du ministère algérien de la défense qui a confirmé la tragédie. Il n’a échappé à personne que le crash de ce vol  qui assurait la liaison Boufarik-Tindouf-Béchar coïncidait avec les bruits de bottes au Sahara et la montée de la tension dans la région,  consécutifs aux incursions répétées du Polisario dans la zone-tampon. 

Tindouf ! C’est dans cette ville algérienne, située à 1800 kilomètres d’Alger, devenue une zone de non-droit que l’Algérie héberge depuis le début des années 70 les mercenaires du Polisario et organise la séquestration à l’intérieur de campements de fortune des populations sahraouies présentées comme des réfugiés  par la propagande de l’Algésario. En acceptant d’accueillir sur son territoire une entité qu’elle a fabriquée de toutes pièces et à laquelle elle a fourni le gîte et le couvert, les armes et les entraînements qui vont avec, le régime algérien s’est installé clairement dans le rôle du tuteur d’un groupe de mercenaires qu’il a longtemps vendu à la communauté internationale comme un mouvement de libération, tout en déployant toute sa force diplomatique carburant aux pétrodollars.

Approche

Comme l’a si bien rappelé le spécialiste des questions sécuritaires Claude Monique dans la foulée du drame de Boufarik, le Polisario, conçu par la machine diplomatico-militaire algérienne du temps où Abdelaziz Bouteflika était ministre des Affaires étrangères,  «n’est clairement qu’un moyen que l’Algérie a trouvé pour maintenir des tensions avec le Maroc» dans l’objectif inavoué de l’affaiblir en lui livrant par le biais de ce conflit factice une guerre d’usure. Cette vérité, qui n’échappe qu’à ceux qui veulent volontiers faire preuve d’aveuglement,  a éclaté pour la énième fois à la faveur de la présence de miliciens du Polisario dans l’avion militaire de l’armée algérienne. Ce crash aérien fait voler du coup en éclats la propagande longtemps relayée par les mercenaires de Tindouf et les médias algériens inféodés au régime selon laquelle le Polisario représente un peuple sahraoui opprimé par le Maroc…Voire…

La vérité vraie, celle qui aussi éclatante que la lumière du jour s’impose aujourd’hui à tous, c’est que « le peuple sahraoui » est autant une fable que le sont le Désert des tartares et les OVNI. Les rares pays qui y croient encore pour une raison ou une autre doivent se rendre à l’évidence : le drame de l’avion militaire algérien transportant des sicaires du Polisario, administre la preuve inébranlable que l’Algérie est le géniteur de ce mouvement qui s’entête depuis plus de trois décennies avec l’appui direct d’Alger à contester au Maroc son Sahara et son intégrité territoriale. A la lumière du drame algéro-polisarien du 11 avril, les autorités marocaines sont appelées à leur tour à faire leur aggiornamento à la fois sur le plan du discours politique et de l’approche diplomatique.

A cet égard, une question d’importance se pose d’elle-même : le plan d’autonomie sous souveraineté marocaine proposée généreusement par S.M le Roi Mohammed VI en 2007 pour sortir de ce différend factice et donner une réelle chance à la construction maghrébine avortée par les manigances algériennes est-il encore valable aujourd’hui? Peut-on objectivement  continuer à négocier avec une entité fabriquée de toutes pièces par ce voisin qui nous veut décidément beaucoup de bien sans accréditer l’idée que le Maroc fait des concessions importantes à une bande de mercenaires à la solde de l’ennemi ? En un mot, le Maroc, qui est dans son bon droit, doit-il cependant continuer à se laisser abuser de sa bonne foi ?

Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
« L’Usine Retraite CDG», l’efficacité en mouvement
A l’occasion d’une journée d’information organisée, le mardi 16 décembre 2014 à Rabat, par le Régime Collectif d’Allocation de Retraite...
La ruée vers leurre
Tout porte à croire que cette enseigne tunisienne basée à Tunis qui se positionne comme un chasseur de tête en informatique pour le compte d’entreprises...
Les commerçants chopent une hernie fiscale
 De nombreux commerçants de Derb Omar et autres quartiers similaires de Casablanca et d’ailleurs, longtemps habitués à la pratique du business en toute opacité,...
Le pouvoir d'Aïcha…
«Aïcha, mon histoire», comme son nom l’indique, est un livre qui retrace la grande aventure industrielle, agricole et publicitaire de cette marque qui a jailli des terres...