Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Ex-présidents : de la lumière à l'ombre
 Plusieurs anciens chefs d’État ou de gouvernement ont été incarcérés ces dix dernières années suite à des scandales financiers, à l’image de l’ancien dirigeant brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva ou encore l’ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye, en détention préventive depuis un an.

Grâce et disgrâce d’un homme d’Etat. Luiz Inacio Lula da Silva, icône de la gauche, est aujourd’hui en prison. Condamné à plus de 12 ans de détention pour des faits de corruption, l’ancien gamin du Nordeste rechigne à se plier à la justice, s’estimant victime d’une machination orchestrée par les «élites» afin de tourner définitivement la page de la gauche et du «lulisme». Malgré les failles, les excès parfois, les investigations à grand spectacle évoquent une corruption à grande échelle du système politique brésilien. Maires, gouverneurs, députés, sénateurs, ministres et même chefs d’Etat ont pioché dans les caisses publiques et reçu des pots-de-vin de la part d’entreprises, pour financer leur campagne ou leur train de vie. Quatre ans après son déclenchement, l’opération doit démontrer au pays que l’emprisonnement de Lula n’est pas un acte politique. Que l’arrestation de celui qui restera l’un des dirigeants les plus remarquables du pays ne signe pas la fin des procédures. Alors que Lula était vendredi en passe d’être incarcéré, l’ex-présidente sud-coréenne Park Geun-Hye, a elle été condamnée à 24 ans de prison. Et à l’autre bout du monde, le Sud-Africain Jacob Zuma, contraint à la démission de la présidence voilà quelques semaines, a appris que son procès pour corruption allait débuter le 8 juin prochain. Le fait pour un dirigeant élu de faire un passage derrière les barreaux n’a pourtant rien de nouveau. Ces dernières années, de nombreux chef d’Etat ont en effet été rattrapés par la justice pour des crimes commis avant ou pendant leurs mandats. Pour éviter ce genre de «désagrément», Vladimir Poutine a inventé la présidence à vie. Depuis 2000, le nouveau tsar de Russie a trouvé la méthode pour se maintenir au pouvoir sans interruption. Et il n’a pas même pas eu besoin de changer la constitution qui lui interdisait plus de deux mandats successifs. Entre 2008 et 2012, Dimitri Medvedev lui a gardé la place au chaud, lui laissant exercer tous les pouvoirs, cette fois comme Premier ministre, le temps de cet intérim. Il y a aussi la manière forte qui ne marche pas toujours. Celle du feu et du sang, opérée par le régime de Bachar al-Assad. Après des centaines de milliers de morts et plus de dix millions de personnes déplacées ou réfugiées, al-Assad ne croit toujours qu'en lui-même. Il est persuadé que la politique de la terre brûlée, qu'il mène sans ciller depuis cinq ans et demi, va finir par payer. Et les faits ne lui donnent pas totalement tort. A l’été 2015, le pouvoir central syrien vacillait sous les coups de boutoir de la rébellion armée par ses deux ennemis intimes, la Turquie et l’Arabie saoudite.

à lire aussi :
Moubarak abonné aux procès
C'était théoriquement la dernière affaire qui le maintenait en prison. Mardi dernier, la Cour de cassation a annulé la condamnation de Hosni Moubarak à trois ans de...
Trump se la joue militaire
Pour lutter contre l’immigration clandestine, en attendant la construction de son mur qui n’a toujours pas commencé, Donald Trump souhaite déployer l’armée le...
Tunisie : le bal des revenants
L'ex-ministre tunisien de l'intérieur Habib Essid, qui a occupé plusieurs postes sous le président déchu Ben Ali, a annoncé lundi avoir été...
Egypte : l'échafaud pour les Frères
Un tribunal égyptien a condamné à mort lundi 24 mars en première instance plusieurs centaines de partisans du président islamiste Mohamed Morsi, destitué par...