Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Le PJD en marche vers la sanction ?
Après trois années de gestion de la plus grande ville du pays, le parti islamiste a réussi à masquer son inexpérience en surjouant la prudence…  

Le verdict des urnes à l’issue des élections communales de septembre 2015,  ressorti largement en faveur du Parti de la Justice et du Développement (PJD), notamment dans les grandes villes, aura mis à nu, bien avant le bilan de mi-mandat, ses graves insuffisances en matière de gouvernance locale. Le constat est là, visible, voire flagrant. A Casablanca, où le parti de la Lampe a  fait une razzia électorale en décrochant la majorité absolue,  soit 74 sièges sur les 147 en jeu que compte le conseil de la ville. Résultat :  le parti islamiste s’est retrouvée tout seul aux commandes de la plus grande ville du pays qui fait également office de sa capitale économique, alors qu’il ne dispose ni de vision stratégique pour gérer une métropole minée par plusieurs maux, ni compte en son sein des compétences pouvant répondre efficacement aux véritables attentes des habitants ou   apporter une valeur ajoutée au système de représentation basé sur la proximité. Tétanisés par  l’ampleur de la tâche et conscients de leurs limites gestionnaires, méfiants à l’égard d’un système, le maire Abdelaziz Omari  et ses amis, ont préféré pendant la première année de leur mandat ne pas trop s’engager pour ne pas dévoiler leur incompétence au grand jour. Une tactique qu’ils ont reconduit pour la deuxième année mais le navire de la gestion locale commençait déjà tanguer.

Poussant la prudence jusqu’à son paroxysme, M. Omari laissait les dossiers s’accumuler sur son bureau. Une grève de signature qu’il expliquait en comité restreint par sa crainte de se faire piéger par un adversaire qui pourrait lui faire signer à son insu un projet pas aux normes. A force de se méfier de tout le monde sous peine d’être piégés, l’islamisme communal à Casablanca a fini par tourner à l’immobilisme. Un mandat islamiste blanc ? Une expérience pour pour rien.

Passivité

En tout cas, M. Omari et son équipe n’ont pas montré aux Casablancais de quel bois ils se chauffent ; ne serait-ce que pour pouvoir se comparer avec la gestion ancienne des partis classiques que les dirigeants du PJD ont longtemps décriée. Du coup, au lieu de prendre à bras-le-corps les problèmes de la métropole et de sa population  les édiles islamistes se sont contentés de faire de la figuration,  délaissant par prudence politicienne et inexpérience locale « le permis de gouverner  qui leur a été octroyé par les citoyens en guise de vote sanction de l’ancienne gestion. 

Devant cette passivité, une question se pose d’emblée : qui gouverne  la métropole ? « Heureusement que la précédente équipe a lancé avant de céder la main de grands projets structurants dans différentes circonscriptions de Casablanca », explique un élu de l’opposition. « Omari et les siens doivent une fière chandelle à Sajid et à son équipe pour avoir mis pleins de projets dans le pipe », renchérit un autre élu. 

Et pourtant, le parti est seul maitre à bord à Casablanca. En plus de la majorité absolue, 74 sièges, dont il dispose, le parti a conclu une alliance avec le Rassemblement national des indépendants (RNI), 23 sièges qui lui a valu de décrocher deux vice-présidences et avec le parti du progrès et du socialisme (PPS), 3 sièges, qui a obtenu en retour une vice-présidence.

C’est dire que le PJD a la capacité de faire passer ses projets en conseil de la ville  en comptant uniquement sur ses ses propres élus. Mais pour gérer convenablement une ville, encore faut-il disposer d’une élite gestionnaire dotée d’une vision globale pour asseoir le développement local tout en corrigeant les dysfonctionnements.

Gouvernance

Faute d’un profil ayant les qualités requises pour chapeauter le secteur des affaires économiques de la métropole, le parti s’est rabattu sur un instituteur pour assurer cette responsabilité de première importance. Idem pour le secteur de l’urbanisme échu  au premier vice-président dont le profil est identique à celui des affaires économiques. Le domaine culturel n’est pas mieux loti non plus avec un vice-président qui cultive une vision de la culture diamétralement opposée à celle  des acteurs du secteur. Cette situation a rejailli évidemment sur l’état des institutions qu’il chapeaute. L’école supérieure des Beaux arts de la ville est sans directeur depuis la rentrée scolaire  alors que les complexes culturels ont du mal à être  attirer du monde  faute justement de programmes attrayants. Ce n’est pas sous l’équipe actuelle aux commandes que le festival de Casablanca pourra ressusciter. Quant aux maisons de jeunes, en état de décrépitude avancée,  il ne faut  pas s’attendre non plus à ce qu’elles redeviennent cet espace d’épanouissement des jeunes oisifs des quartiers périphériques de la ville. On peut continuer à noircir le tableau à l’envi. Si la déception est grande chez la population, les islamistes continuent à bénéficier auprès de certains sympathisants de préjugés favorables sur le plan de l’éthique et de la moralité. «Au moins, les islamistes sont honnêtes et sérieux, ce qui n’est pas le cas des élus des autres partis », lance un électeur issu d’un quartier populaire.

C’est pour pallier cette faiblesse de la gouvernance locale que la Banque mondiale a été impliquée en tant que partenaire expert dans la gestion de la métropole dont il s’agit de mettre à niveau un certain nombre de secteurs encore à la traîne. Le bénéfice politique de ce programme de redressement urbain ambitieux  qui court jusqu’à 2022 profitera certainement aux islamistes. Voilà qui confirmerait encore une fois que ces derniers sont un vrai buvard qui  sait absorber le travail…des autres.

A Casablanca, tout reste affaires…

La mairie de Casablanca vient d’essuyer deux camouflets judiciaires. L’un relation avec le dossier du «  Paradise club » sur la corniche casablancaise et l’autre se rapportant au conflit autour du fameux marché «Crio». En effet, le tribunal administratif de Casablanca a  annulé les décisions de résiliation des deux contrats relatifs à ces deux complexes qui font partie du patrimoine communal de la métropole prises par  le maire PJD Abdelaziz El Omari dans la foulée de la prise de ses nouvelles fonctions. Motif :  une foule de dysfonctionnements suspects auraient accompagné la mise en œuvre de ces projets.  L’ex- marché Crio, tombée dans l’escarcelle du groupe Chaâbi dans es conditions opaques, avait fait l’objet d’une action d’expulsion brutale en avril 2017 (Voir enquête Canard 468). Quant au complexe Paradise, il a été récupéré par Abdelilah Akram du temps où il était président du WAC dans le cadre d’une location pour une période  de 10 ans portée ensuite à 45 ans ! Le montant du loyer, 1,35 millions de DH, est dans commune mesure avec la superficie de ce bien et son emplacement stratégique en front de mer. Un cadeau inestimable que l’on doit à la commune d’Anfa qui a signé ce contrat inouï. Il faut reconnaître que la bataille autour de  ces deux affaires peu claires et bien d’autres comme celle du complexe la Sqala louée bizarrement pour 750 DH par mois avait été déjà engagée par l’ex-maire Mohamed Sajid. Celui-ci avait mis en place  den 2013 une procédure de récupération d’un patrimoine précieux  bradée pour l’on sait quelle raison au profit d’exploitants privés. Du coup, M. Omari et son équipe ont hérité de ces scandales  qui méritent bien une inspection poussée du ministère l’Intérieur.

Casablanca en chiffres

La ville de Casablanca compte 3 359 818 habitants, ce qui fait d'elle la ville la plus peuplée du Maroc. La Région de Casablanca-Settat, incluant Casablanca, Mohammedia, Nouaceur, Médiouna, El Jadida, Benslimane, Berrechid, Settat et Sidi Bennour, regroupe environ 6,9 millions d’habitants (RGPH 2014).

Huit Préfectures d’Arrondissements

Casablanca-Anfa, Al Fida - Mers Sultan, Aïn Sebaâ - Hay Mohammadi, Aïn Chock, Hay Hassani, Ben M'sick, Sidi Bernoussi et Moulay Rachid.

16 Arrondissements communaux

Sidi Belyout, (présidence PJD), Anfa, (RNI),  Maârif, (PJd), Al Fida, (PJD), Mers Sultan, (RNI), Aïn Sebaâ, (RNI), Hay Mohammadi, (PJD), Roches Noires, (PJD), Aïn Chock, (PJD), Hay Hassani, (PJD), Ben M'sick, (UC), Sbata, (PJD), Sidi Bernoussi, (PJD), Sidi Moumen, (PJD), Moulay Rachid et Sidi Othmane (PJD).

L’arc-en-ciel politique de la mairie

La mairie compte 147 sièges le PJD, 74, le RNI, 23, l’UC, 20, le PAM, 15, le PI, 8, le PPS, 3, le MP, 2, l’USFP, 2.

Ahmed ZOUBAIR

à lire aussi :
Les Nouvelles Tendances du management (2)
Développer l'innovation passe par le dépassement des obstacles que celle-ci rencontre. Cela suppose, que les acteurs entrent dans une "coopérativité lectorielle",...
A quoi sert la direction du patrimoine ?
 Le trafic des fossiles continue de plus belle. Un scandale de plus a éclaté récemment  après la révélation de la mise en vente au Mexique...
Le coup de bluff de Moulahom
 Saham Immobilier est finalement sortie de son silence pour démentir formellement,  via un long communiqué de presse, la vente à des conditions avantageuses d’un...
Casablanca fait peur
L’insécurité a atteint des proportions inquiétantes dans certains quartiers de Casablanca. Aucun secteur n’est désormais épargné. Les habitants...