Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Al Othmani déclenche la guerre de la rhétorique
Accents patriotiques. Ton martial. Propos fermes.  Une belle unanimité nationale autour du Premier ministre. Laâyoune, capitale du Maroc d’un jour, lundi 9 avril, pour sonner la mobilisation nationale - en prenant la communauté internationale à témoin - de toutes les forces vives de la nation : chefs de partis, députés, élus communaux et représentants associatifs. En attendant  de sonner l’hallali après avoir envoyé nos bidasses botter les fesses des polisariens installés par effraction sur quelques arpents de la zone tampon où ils projettent d’implanter un Etat-fictif? La première cause nationale, notre Sahara que l’Algérie n’a toujours pas désespéré de nous chiper par sa longue guerre d’usure imposée depuis plus de 30 ans, mobilise et rassemble. Essentiellement une classe politique essoufflée qui n’a jamais véritablement réussi à enthousiasmer les foules sur des sujets engageant directement l’avenir du citoyen lambda. La séquence de Laâyoune a accouché d’une Déclaration éponyme en 15 points se voulant un message adressé à la communauté internationale sur la détermination du Maroc à défendre son intégrité territoriale. Un texte en 15 points qui laisse un goût d’inachevé et même un sentiment de frustration du fait de l’absence de la moindre allusion à une probable fessée militaire à administrer aux pantins d’Alger. Pas non plus  de menace claire de suspension de la « solution pacifique, politique, durable et consensuelle » proposée en 2007 par le Maroc et dont l’Algésario ne veut pas malgré d’innombrables rounds de négociations. Le Maroc a-t-il préféré donner de la voix en guise de mise en garde  avant de faire parler la poudre en cas de nouvelle provocation polisarienne?    

Cela dit, est-ce raisonnable de laisser ouvert ad vitam eternam une offre généreuse, une autonomie sous souveraineté, sans qu’elle soit bordée par un moratoire surtout qu’elle bénéficie du soutien des puissance et de nombreux pays  ? Cela fait onze ans que la communauté internationale court tel un mirage derrière l’accord du Polisario pour ce plan d’autonomie qui a consommé plusieurs envoyés spéciaux du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara. Et si la véritable solution qui sied parfaitement à cette situation surréaliste alimentée sans cesse par les provocations récurrentes des mercenaires de Tindouf  était de clamer haut et fort l’expiration de l’offre d’autonomie. Et puis, est-il sérieux de confier le destin d’une région à une bande de mercenaires sans foi ni loi ?  Vivement une consultation populaire de Tanger à Lagouira sur ce que veut le peuple !

à lire aussi :
Pour qui carbure Mohamed El Krimi ?
Pour la 6e fois depuis le 21 mars 2016, date à laquelle le tribunal de commerce de Casablanca s’est prononcé pour la mise en liquidation de la Samir, la même juridiction a...
Les mines de la mort
 Le 19 janvier dernier, une explosion de dynamite a secoué la mine de JbelAouam à Mrirt. Bilan : un mort et trois blessés graves, tous des ouvriers de la Compagnie...
Hooliganisme et karkoubi
 Le hooliganisme a encore sévi. Encore une fois, les supporters du Raja se sont transformés en casseurs, semant la pagaille et la destruction dans le grand stade de Marrakech lors...
La ruée vers le trésor
Ils sont de plus en plus nombreux les investisseurs nationaux qui s’associent avec des compagnies minières étrangères pour se lancer dans l’exploration dans de...