Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
« L'obligation » d'innover
L’environnement des entreprises connaît de profondes mutations qui appellent des changements fondamentaux dans leurs méthodes de gestion. Ces mutations concernent, entre autres, la consommation dont les déterminants sont les stratégies publicitaires, les systèmes de crédit, les marques, les leaders d'opinion, les experts, etc.

Ces mutations, au lieu d'avantager les entreprises en leur permettant de réaliser plus de ventes et de profits, ont, à l'inverse, permis de stimuler une nouvelle forme de compétition basée sur l'innovation. Cela veut dire, pour une entreprise, que sa valeur sur le marché et ses profits sont tributaires des nouveaux produits et services et d’une manière générale, dépendantes du renouvellement permanent de son offre.

En matière de stratégie d'entreprise, on constate, dans la réalité, que les décisions prises par  les managers finissent par se ressembler plus ou moins, comme s'il existait une sorte de pensée unique en matière stratégique à laquelle les managers chercheraient à se conformer. C'est ce qu’on a appelé  " le paradoxe de la stratégie " selon lequel la meilleure stratégie doit nécessairement devenir la plus mauvaise.

Pour échapper à ce paradoxe, l'entreprise devra modifier son offre par rapport à celle de la concurrence et ceci ne peut se faire que grâce à  l'innovation. Celle-ci est l’un des moyens les plus efficaces pour les entreprises d'échapper durablement à la baisse des marges. Elle devient un facteur-clé de succès au même titre que l'analyse que permet la stratégie. Cette dernière étant utile pour faire la différence entre les idées qui sont porteuses de promesses et celles qui ont très peu de chance de succès.  Mais avant de juger les idées, il est préférable d'en avoir. Ainsi, des idées du management on est passé au management des idées.

Déterminantes pour la compétitivité et la survie à long terme de l'entreprise, les idées à la base des politiques de l'innovation et la recherche-développement connaissent des obstacles qui limitent leur éclosion. Parmi lesquelles, l'éducation qui ne favorise pas, souvent, la créativité en poussant les élèves à trouver les solutions aux problèmes posés par le professeur, alors que dans la réalité le problème est plutôt de poser la bonne question ; les habitudes et les conservatismes qui les accompagnent qui font, souvent, obstacle à la production d'idées ; le poids de l'expertise dans le processus de décision ne pousse pas, également, à remettre en question les pratiques antérieures, etc.

Développer l'innovation passe par le dépassement des obstacles que celle-ci rencontre. Cela suppose, que les acteurs entrent dans une "coopérativité sectorielle", c'est-à-dire qu'ils cherchent un sens à tout ce qui se produit autour d’eux. Cette attitude est propice à la créativité et aux rapports humains en général. L'innovation est donc devenue un enjeu stratégique qui peut s'opposer au fonctionnement de l'organisation centré sur la fonctionnalité, la fiabilité des process et les jeux de pouvoir.

Rachid M'rabet

à lire aussi :
La vérité sur l’effondrement de l’immeuble des Boudrika
Beaucoup de zones d’ombre entourent l’affaire de l’effondrement de l’immeuble des Boudrika à Casablanca qui a fait plusieurs morts parmi les maçons. Le Canard a...
Quand Ban fait bang…
Dérapage contrôlé ou acte irréfléchi ? Les dernières déclarations sur le dossier du Sahara marocain ont de quoi troubler...   Un haut...
La baraka du duc de Tovar
Plusieurs décennies après sa mort, le spectre du richissime Duc de Tovar, qui a légué l’essentiel de ses biens à la ville du détroit, plane...
Les opticiens voient rouge
Les professionnels de l’optique ont dénoncé devant le Parlement avec force banderoles et slogans deux projets de loi jugés attentatoires à leurs...