Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Au secours, Berlusconi revient !
 L’Europe tremble à l’approche des élections législatives italiennes du 4 mars. Une échéance hautement révélatrice des maux qui rongent les démocraties européennes et américaine: haine des partis politiques, des élites et de la différence. Au soir du scrutin, il y aura peut-être un grand perdant : le bien commun. Le très affaibli Parti démocrate de Matteo Renzi, qui a longtemps été prêt à discuter d’une éventuelle grande coalition à l’italienne avec le revenant Silvio Berlusconi et ses alliés avant d'y renoncer, a fini de faire exploser la cohésion de la gauche. Surtout qu’une grande coalition, déjà difficile à mettre en place en Allemagne, signifierait pour certains s’allier avec le diable. Un tel scénario n’a par ailleurs jamais vraiment été pratiqué en Italie. A droite, le Cavaliere, inéligible au parlement pour fraude fiscale, pourrait, même si c’est très improbable, aspirer à un retour au pouvoir. Il compte sur l’alliance de son parti, ForzaItalia, avec l’extrême droite – la Ligue de Matteo Salvini et les post-fascistes de Fratelli d’Italia – pour tenter de décrocher une majorité permettant de gouverner (41%). Mais le scénario le plus probable est celui d’un scrutin sans vainqueur, d’une Italie ingouvernable. Certains n’y verront qu’un bis repetita. Or, la situation est bien plus grave, tant l’arène politique est déliquescente. Peu soutenue par l’Union européenne dans la crise migratoire, souffrant d’une économie qui s’est contractée de 9% entre 2006 et 2016, d’une dette représentant 132% du PIB, l’Italie est une démocratie en grande difficulté. Si la pure europhobie de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles – ils exigeaient une sortie de l’euro – s’est estompée, les Italiens se détournent de l’Europe. Près de la moitié des Italiens (46%) estiment que leur pays s’en sortirait mieux hors de l’UE. Il n’est pas étonnant que la Ligue, les post-fascistes et même le Mouvement 5 étoiles cofondé par l’humoriste Beppe Grillo fassent de l’immigration le bouc émissaire des problèmes transalpins, créant un climat politique nauséabond aux relents fascistes.

à lire aussi :
Qui entendra Mahmoud Abbas ?
Quel écho ses mots auront-ils rencontré? Mahmoud Abbas, a supplié, mardi dernier, le Conseil de sécurité de prêter l'oreille une fois encore. Martelant son...
En Egypte, les blagues mènent en prison
 Sherine Abdel Wahab, chanteuse à succès égyptienne, a été condamnée, mardi 27 février 2018, par un tribunal du Caire à six mois de...
L'Algérie, l’enfer des migrants !
 Emprisonnement arbitraire, restrictions injustifiées, poursuites judiciaires contre les membres d’une minorité religieuse, procès inéquitables et expulsions...
Coup de frein au réveil des Saoudiennes
Des Saoudiennes avaient prévu de prendre le volant dans le cadre d'une action de grande ampleur, samedi 26 octobre, pour réclamer le droit...