Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Ce jeu de baleine mortel…
 Le jeu macabre baptisé Blue Whale Challenge, ou encore le défi de la baleine bleue continue à faire des ravages dans le milieu des enfants au Maroc. Si pour le moment,  un seul cas de suicide - un garçon de Tanger-a été enregistré le 17 janvier dernier, cette application virtuelle dangereuse, qui a fait des victimes dans plusieurs pays comme l’Algérie et la Tunisie,   n’en finit pas de terroriser les parents ayant des enfants en bas âge. En l’espace de moins d’un mois, deux élèves de Ben Guérir, à Marrakech,  un garçon et une fille, sont tombés sous l’emprise de ce jeu mortel qui se déclare par une série de symptômes.       

Le jeu, qui aurait été inventé  en Russie par 3 garçons en 2015, a été médiatisé en 2016 et fait plusieurs adeptes à  travers le monde. Le jeu de la baleine bleue tire son nom de la légende selon laquelle les baleines échouant sur les plages « se suicident ». Le principe de ce jeu atroce consiste à suivre les instructions d’un « tuteur » et de relever les défis demandés :  50 actions à faire des plus simples, comme de dessiner une baleine sur une feuille, aux plus lugubres et effrayants, comme écouter de la musique triste, ne plus parler à personne, s’asseoir sur le bord d’un toit de maison, avant de relever le défi ultime : se donner la mort. Dans tout ce processus morbide, le joueur est à petit à petit psychologiquement conditionné et celui qui le cornaque exploite ses fragilités pour le pousser au suicide. Le sujet ainsi a tellement peur de son tuteur et de ses représailles qu’il exécute tout ce qu’il lui demande.

Toutefois,  le jeu de la baleine bleue prospère particulièrement chez les adolescents ou préadolescents, psychologiquement faibles qui traversent  une période difficile du fait du divorce des parents, un chagrin d’amour ou d’un  manque de confiance en soi. Un peu à la manière dont sont endoctrinés et programmés les jeunes paumés et en  mal de repères pour les inciter à commettre des attentats ou se transformer en bombes humaines. C’est ainsi que ces joueurs, prolongés dans une ambiance morbide,  se trouvent happés par la spirale de cette application effarante dont il est par ailleurs difficile de s’en extraire sans un bon soutien psychologique. Outre l’«allégeance» faite au groupe derrière le défi (groupe F57), les ordres à suivre ne laissent aucun doute : les tuteurs contrôlent complètement l’esprit de la victime qu’ils préparent déjà à l’acte ultime en attentant à des jours soit par pendaison ou en se jetant du haut d’un pont ou d’un immeuble.

 « Lève toi à 4h20 et  monte sur le toit ou regarde des vidéos effrayantes (musiques mélancoliques  rituels bizarres, suicides…), Scarifie toi la main sur toute sa longueur, frappe toi… ». Au fil des jours, les défis deviennent de plus en plus périlleux qui  rapprochent du challenge final. Tout en continuant à écouter de la musique morbide et en se scarifiant, la victime doit escalader  un grue ou s’allonger sur les rails d’un train, histoire de se familiariser avec l’acte du suicide.  Au cours des vingt derniers jours, la victime se lèvera tous les jours à 4h20, regardera des films d’horreur  et se scarifiera les mains.

Si vos enfants ou des proches ont entre 10 et 15 ans, surveillez leurs fréquentations et particulièrement sur les pages et réseaux sociaux auxquels ils ont accès. Etant impossible de bloquer le jeu du défi de la baleine bleue, le seul moyen reste la sensibilisation à grande échelle via les médias et les réseaux sociaux.  

à lire aussi :
Le viol autant ravageur que la tentative de viol
Après Imane, c’est au tour de Khaoula. Quelle est la prochaine sur la liste ?  Une énième «tentative» de viol dont le procès s’est ouvert le 5...
Du faux miel à Casablanca
Interdit en Europe, les miels asiatiques, essentiellement chinois, inondent nombre de marchés y compris marocain. Pour échapper aux droits de douane et à la vigilance des...
Plagiaire, un vrai métier !
Les Marocains sont-ils en train de devenir les champions du Monde du plagiat ? A peine quelques semaines de la polémique qui a entouré l’un des films de Saïd...
La sortie de route des gendarmes
Les usagers de l'axe autoroutier Tanger Rabat n’en reviennent toujours pas. Pour interpeller un malfrat, les gendarmes ont mis en place un barrage géant identique à ceux...