Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Trump relance la guerre froide
 La course aux armements nucléaires entre les Etats-Unis et la Russie a repris. Cette fois il ne s'agit plus du nombre de missiles mais d'une course technologique.

Barack Obama rêvait d'un monde sans armes nucléaires. Donald Trump les a replacées au centre de la doctrine américaine. Même si les espoirs de l'ancien président américain, gratifié du prix Nobel de la paix à peine installé à la Maison-Blanche, ont été rapidement douchés par la réalité, la révision de la Nuclear Posture Review (NPR), en proposant de développer des armes nucléaires nouvelles, de faible puissance et à visée tactique, constitue une inflexion dans la politique nucléaire des États-Unis. Washington a défendu cette nouvelle politique à l'ONU mardi en insistant sur la nécessité de faire face à un «climat d'insécurité plus complexe et menaçant» qu'il ne l'a jamais été depuis la fin de la guerre froide. Donald Trump a demandé au Congrès de voter les crédits nécessaires pour l'armée américaine, notamment pour «moderniser et reconstruire» l'arsenal nucléaire des Etats-Unis afin de « le rendre si fort et si puissant qu'il dissuadera toute agression». Car le président a fait des ambitions nucléaires de la Corée du Nord le défi international numéro un de son administration. Après avoir dénoncé ses autres bêtes noires, du Venezuela de Nicolas Maduro à Cuba en passant par l'Iran – « l'Amérique se tient aux côtés du peuple iranien dans sa lutte courageuse pour la liberté » -, et après avoir souligné qu'il "reste beaucoup à faire" contre le groupe djihadiste Etat islamique en Irak et en Syrie, le président s'est longuement attardé sur la crise nord-coréenne. Conséquence directe de cette décision : le déclanchement d’une nouvelle course aux armements. Une course d'un genre nouveau car elle n'est plus basée sur le nombre d'armes, mais sur de nouvelles tactiques et technologies qui visent à être plus fort et plus malin que son rival. Ce qui rend caduques les tentatives de limitation des armes nucléaires. Le nouveau traité, qui doit rester en vigueur jusqu'en 2021, prévoit de limiter pour la Russie et les Etats-Unis le nombre de têtes nucléaires déployées à un maximum de 1.550 chacun. Ce qui est suffisant pour faire sauter plusieurs fois la planète. D'autant plus qu'il s'agit d'un accord bilatéral qui n'inclut pas les autres puissances dotées d'armes nucléaires (Chine, France, Royaume-Uni, Inde, Pakistan, Corée du Nord et, selon toute vraisemblance, Israël). Depuis 2010, dans le cadre du traité russo-américain START, Washington publie, deux fois par an, les données relatives à son arsenal nucléaire. Le 12 janvier dernier, le Département d’État a publié les données les plus récentes qui montrent que les USA disposent de 660 vecteurs (bombardiers et missiles), contre 501 pour la Russie. Ces vecteurs sont capables de transporter 1393 têtes nucléaires, contre 1561 pour la Russie.

 

à lire aussi :
Liban : Un front chiite contre Hezbollah
 Au Liban, des personnalités chiites d’horizons très variés ont créé début octobre un mouvement d’opposition au Hezbollah. C’est la...
La Turquie sous tension
La police turque a tué mercredi une femme, apparemment porteuse de grenades, qui visait le quartier général de la police d'Istanbul, au lendemain d'une prise d'otage...
Algérie en panne de soins
Après la pénurie de certaines denrées alimentaires, c’est au tour des médicaments de se faire de plus en plus rares en Algérie. Et c’est la...
Brexit, la mauvaise blague !
 Et si les Anglais regrettaient le Brexit ? Deux sondages publiés à la veille du conseil européen des jeudi 19 et vendredi 20 octobre 2017, qui doit constater...