Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Côté Basse Cour
Benkirane revient
L’expédition à la retraite politique de Abdelilah Benkirane  par ses propres ouailles ne lui a pas fait perdre son mordant coutumier. Profitant de la tribune inespérée qui lui a été offerte par le 6ème congrès de la Jeunesse du PJD organisé à Rabat,  l’ex-leader des islamistes a préféré réserver ses fléchettes assassines à la direction du RNI et de son président Aziz Akhannouch. Tout en le tenant pour responsable du sabotage de la constitution du gouvernement qu’il devait présider dans le cadre d’un second mandat, il a ironisé sur les ambitions affichées par M. Akhannouch de supplanter les islamistes dans le cœur du PJD et de gagner  les législatives de 2021.

«Je ne sais pas quelle Mme Soleil vous a assuré de pouvoir gagner les élections de 2021», a raillé l’ex-Premier ministre résigné qui a ainsi désigné en le RNI le principal rival de son parti alors qu’il représente le principal allié des islamistes dans le gouvernement actuel. Du côté du RNI, cette attaque frontale contre le Rassemblement et leur leader n’a pas été évidemment appréciée, occasionnant une grosse gêne chez les ministres PJD et leur nouveau chef qui n’ont visiblement aucune prise sur les déclarations de l’ex- qui continue à nourrir une haine recuite. De son côté, le président en exercice du PJD Saadeddine Al Othmani a tenté de reprendre à son compte en plus soft et en plus pâle les élucubrations de son prédécesseur selon lesquelles le PJD est la cible de milieux qu’il s’est gardé de nommer, tout en exhortant les militants à rester vigilants.

«Nos détracteurs s'opposent aussi à notre alliance avec le PPS, mais nous resterons fidèles à cette alliance», a ajouté celui qui, écrasé par l’ombre tutélaire de son prédécesseur, a du mal à trouver ses marques et à exister politiquement. Seule solution pour lui pour émerger : faire voter une résolution interdisant à Benkirane les prises de parole publiques en toute transparence démocratique !

à lire aussi :
Le vilain petit canard
15 juillet, j´embarque dans le ferry Intershipping Tarifa Tanger, passeport espagnol en main. Cela fait bien 10 mois que je ne reviens pas sur le sol marocain pour mes visites familiales ou mes...
Moulay Hafid industrialise le maroc sur power point !
"Stratégie d’accélération industrielle" c’est ainsi qu’a baptisé le loup de la finance, Moulay Hafid Elalamy, recyclé malgré lui dans la...
Le censeur censuré
On ne badine pas avec les campagnes électorales avant l’heure surtout lorsqu’elles sont menées par des ministres PJD sous couvert d’action ministérielle....
Ubled à Marrakech
Eureka !  À Marrakech vient de voir le jour une appli mobile à faire perdre le nord à Uber et à son système à la noix, incompatible avec les...