Dernière minute ...
Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Driss El Yazami, président du CNDH a reçu, le 24 janvier 2017, la décoration civile d'Officier de l'Ordre de Léopold, la plus haute distinction de Belgique Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Côté Basse Cour
Benkirane revient
L’expédition à la retraite politique de Abdelilah Benkirane  par ses propres ouailles ne lui a pas fait perdre son mordant coutumier. Profitant de la tribune inespérée qui lui a été offerte par le 6ème congrès de la Jeunesse du PJD organisé à Rabat,  l’ex-leader des islamistes a préféré réserver ses fléchettes assassines à la direction du RNI et de son président Aziz Akhannouch. Tout en le tenant pour responsable du sabotage de la constitution du gouvernement qu’il devait présider dans le cadre d’un second mandat, il a ironisé sur les ambitions affichées par M. Akhannouch de supplanter les islamistes dans le cœur du PJD et de gagner  les législatives de 2021.

«Je ne sais pas quelle Mme Soleil vous a assuré de pouvoir gagner les élections de 2021», a raillé l’ex-Premier ministre résigné qui a ainsi désigné en le RNI le principal rival de son parti alors qu’il représente le principal allié des islamistes dans le gouvernement actuel. Du côté du RNI, cette attaque frontale contre le Rassemblement et leur leader n’a pas été évidemment appréciée, occasionnant une grosse gêne chez les ministres PJD et leur nouveau chef qui n’ont visiblement aucune prise sur les déclarations de l’ex- qui continue à nourrir une haine recuite. De son côté, le président en exercice du PJD Saadeddine Al Othmani a tenté de reprendre à son compte en plus soft et en plus pâle les élucubrations de son prédécesseur selon lesquelles le PJD est la cible de milieux qu’il s’est gardé de nommer, tout en exhortant les militants à rester vigilants.

«Nos détracteurs s'opposent aussi à notre alliance avec le PPS, mais nous resterons fidèles à cette alliance», a ajouté celui qui, écrasé par l’ombre tutélaire de son prédécesseur, a du mal à trouver ses marques et à exister politiquement. Seule solution pour lui pour émerger : faire voter une résolution interdisant à Benkirane les prises de parole publiques en toute transparence démocratique !

à lire aussi :
Musée de Maroc Telecom Allô l'histoire ?
C'est Ech-cherkiDahmali, commissaire au Musée Maroc Telecom à Rabat, qui a joué le rôle de guide à un groupe de journalistes marocains pour leur faire...
El Hoceïma fait peur
Les hauts responsables commencent à avoir une peu bleue de El Hoceïma devenue le cimetière des carrières des serviteurs de l’Etat. C’est dans cette...
Faillites en quantités industrielles ?
On accuse toujours la presse de jouer les oiseaux de mauvais augure et de ne rapporter que les nouvelles calamiteuses. Si tel est le cas, le moins qu’on puisse dire, c’est que les...
Le casse-tête chinois de Moulay Hafid
Cela fait près de 2 ans, pratiquement depuis qu’il a été bombardé au gouvernement, que Moulay Hafid Elalamy, ressasse la même ambition qui commence à...