Dernière minute ...
Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Côté Basse Cour
Benkirane revient
L’expédition à la retraite politique de Abdelilah Benkirane  par ses propres ouailles ne lui a pas fait perdre son mordant coutumier. Profitant de la tribune inespérée qui lui a été offerte par le 6ème congrès de la Jeunesse du PJD organisé à Rabat,  l’ex-leader des islamistes a préféré réserver ses fléchettes assassines à la direction du RNI et de son président Aziz Akhannouch. Tout en le tenant pour responsable du sabotage de la constitution du gouvernement qu’il devait présider dans le cadre d’un second mandat, il a ironisé sur les ambitions affichées par M. Akhannouch de supplanter les islamistes dans le cœur du PJD et de gagner  les législatives de 2021.

«Je ne sais pas quelle Mme Soleil vous a assuré de pouvoir gagner les élections de 2021», a raillé l’ex-Premier ministre résigné qui a ainsi désigné en le RNI le principal rival de son parti alors qu’il représente le principal allié des islamistes dans le gouvernement actuel. Du côté du RNI, cette attaque frontale contre le Rassemblement et leur leader n’a pas été évidemment appréciée, occasionnant une grosse gêne chez les ministres PJD et leur nouveau chef qui n’ont visiblement aucune prise sur les déclarations de l’ex- qui continue à nourrir une haine recuite. De son côté, le président en exercice du PJD Saadeddine Al Othmani a tenté de reprendre à son compte en plus soft et en plus pâle les élucubrations de son prédécesseur selon lesquelles le PJD est la cible de milieux qu’il s’est gardé de nommer, tout en exhortant les militants à rester vigilants.

«Nos détracteurs s'opposent aussi à notre alliance avec le PPS, mais nous resterons fidèles à cette alliance», a ajouté celui qui, écrasé par l’ombre tutélaire de son prédécesseur, a du mal à trouver ses marques et à exister politiquement. Seule solution pour lui pour émerger : faire voter une résolution interdisant à Benkirane les prises de parole publiques en toute transparence démocratique !

à lire aussi :
Moulay Hafid industrialise le maroc sur power point !
"Stratégie d’accélération industrielle" c’est ainsi qu’a baptisé le loup de la finance, Moulay Hafid Elalamy, recyclé malgré lui dans la...
Lydec ne perd pas l’est
Dès cet été, les habitants de Zenata et même au-delà vont se baigner dans des eaux propres. Ce qui n’était pas le cas avant, les plages du littoral Est...
Moulahom Hafid passe à la vitesse supérieure
Un arrêté ministériel a été publié au BO du 3 mai donnant aux associations de protection des consommateurs non reconnues d’utilité publique...
Les vacheries de Benkirane
Lors d’un meeting du PJD animé dimanche 25 mai à Agouray dans la province d’El Hajeb, Abdelilah Bernkirane a demandé clairement au public de boycotter les produits de...