Dernière minute ...
Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social Le Roi Mohammed VI a décidé mercerdi 1er août 2018 de mettre fin aux fonctions de Mohamed Boussaid, en tant que ministre de l'Economie et des finances La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Sotchi, le sommet de la confusion
 Le « Congrès du dialogue national syrien » a tourné court, mardi 30 janvier 2018, dans la station balnéaire de Sotchi, en Russie. Certains rebelles syriens, qui s'étaient résignés à y participer, ont découvert avec fureur, à leur arrivée lundi soir, à l'aéroport de Sotchi, que le logo de la conférence ne comportait que le drapeau officiel syrien et pas celui créé par l'opposition au début du conflit, avec trois étoiles entre des bandes verte et noire. Les rebelles ont refusé de quitter le terminal, où ils ont passé la nuit, puis ont décidé de reprendre l'avion. Les Kurdes, cibles en ce moment d'une offensive des Turcs, alliés de la Russie, ont également décliné l'invitation. Organisé par le Kremlin et ses alliés turc et iranien à Sotchi, la station balnéaire du sud de la Russie, le Congrès national du dialogue syrien s’est achevé donc sans avancée significative, mise à part la création d’un comité chargé de réformer la Constitution syrienne. Le projet de Constitution avait déjà été âprement discuté lors des derniers pourparlers sous l’égide de l’ONU, à Vienne le 26 janvier, sans aboutir du fait de l’intransigeance des représentants du régime de Bachar Al-Assad. L’étape de Sotchi, un processus parallèle à celui des Nations unies, se voulait un tout petit pas supplémentaire. Préparé depuis des mois par le Kremlin dans l’espoir de transformer les succès militaires russes en Syrie en amorce de solution politique, le sommet de Sotchi, plusieurs fois repoussé et finalement réduit à une journée, n’a cessé de revoir ses ambitions à la baisse. Les Occidentaux s’étaient montrés sceptiques quant à cette initiative russe. Ils craignaient qu'elle n'affaiblisse les discussions de Genève et ne vise qu’à obtenir un accord de paix avantageant le régime de Damas. Ce dernier a déjà repris l'avantage sur le terrain grâce aux soutiens militaires russe et iranien. Les États-Unis et la France ont donc fait savoir qu'ils n'enverraient pas d'observateurs à Sotchi. 

à lire aussi :
Khalifa Haftar, futur guide libyen ?
Le général Khalifa Haftar devient de plus en plus influant en Libye. La nomination de cet ancien officier de l'armée de Kadhafi comme commandant en chef de l'armée...
L’impossible équation libyenne
La menace permanente pesant sur la Libye du prétendu Etat Islamique (EI), connu sous le nom de Daech, est plus le résultat du désordre qui règne dans ce pays que de la...
Le Yémen s’enfonce encore dans le chaos
Onze personnes au moins ont été tuées mercredi à Aden, deuxième ville du Yémen. Les affrontements font rage entre rebelles chiites et combattants...
Trump trompé
L a meilleure défense étant l'attaque, Donald Trump a sorti les couteaux dimanche soir pour son deuxième débat avec hillary Clinton. Alors que la révélation...