Dernière minute ...
Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Driss El Yazami, président du CNDH a reçu, le 24 janvier 2017, la décoration civile d'Officier de l'Ordre de Léopold, la plus haute distinction de Belgique Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Quand Trump joue le rassembleur

Des approximations, des inexactitudes, de l'autocongratulation et des formules chocs... Trump a fait du Trump, lors de son premier discours sur l'état de l'Union, le troisième le plus long de l'histoire.

Un ton conciliant, un style sobre et un contenu pragmatique: Donald Trump a donné son premier discours sur l’état de l’Union, dans la soirée du mardi 30 janvier, devant le Congrès réuni au grand complet et des millions de téléspectateurs. Le président américain a tout d'abord répété la "vision claire" qu’il entretient pour son pays : "Rendre à l’Amérique sa grandeur". Pour ce faire, il a appelé tous les Américains à "mettre de côté leurs différences" : «Ce soir, je veux vous parler (...) du type de pays que nous allons devenir. Nous tous, ensemble, comme une seule équipe, un seul peuple et une seule famille américaine». Un désir d’unité qui auquel le public n’a en tout cas pas répondu. Si le chef de l’État a été chaleureusement accueilli et applaudi tout au long de son discours par les élus républicains, il a en revanche laissé les élus démocrates de marbre. Parmi ces derniers, des dizaines de femmes étaient vêtues de noir, en hommage aux victimes de harcèlement sexuel. D'autres portaient un autocollant d'un papillon, symbole des migrations et de soutien aux sans-papiers. Des dizaines de "Dreamers", ces jeunes sans-papiers menacés d’expulsion, étaient d’ailleurs invités à faire partie du public. Une vingtaine d'élus démocrates noirs ont, eux, arboré des accessoires au motif africain, en soutien aux "pays de merde", expression qui aurait été employée par Donald Trump. Globalement, peu d'annonces ressortent de ce discours. Donald Trump a longuement vanté son bilan économique, notamment en matière d’emploi et de performances boursières. Il a également fait l’éloge de sa réforme fiscale, qui bénéficie selon lui tant aux particuliers qu’aux entreprises. « Pendant des années, les entreprises et les emplois nous quittaient. Aujourd'hui, ils reviennent », a-t-il martelé. « Depuis que nous avons voté les baisses d'impôts, quelque trois millions de travailleurs ont déjà reçu des bonus liés à ces dernières, des milliers de dollars pour nombre d'entre eux », a-t-il lancé. Il s’est également félicité d’avoir éliminé « plus de régulations que toutes les administrations de l’histoire du pays », citant la suppression de règlements en matière énergétique. Les élus du Congrès ont jusqu’à la date butoir du 8 février pour s’entendre sur les questions budgétaires afin d’éviter un deuxième shutdown.

à lire aussi :
L’Algérie, la pire économie au monde
L' institut américain « Heritageinstitute » vient de classer Algérie à la 172e place sur 186 en matière d’indice de liberté économique...
La Turquie s'embourbe en Syrie
 Ankara est entrée en guerre en fanfare. Littéralement. La Turquie et ses alliés, les rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL), ont lancé une offensive...
Bouteflika : la santé à portée de troc
Alger a signé mardi 30 janvier 2018 une série d’accords visant exporter du pétrole vers Cuba pour les trois prochaines années, et verra en échange le...
Pendant ce temps-là, Boko Haram sème la terreur
Alors que le monde entier avait les yeux rivés sur la France, le Nigeria a lui aussi connu sa semaine sanglante. Le terrorisme islamiste a à nouveau frappé dans ce pays...