Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Un esprit libre s'en va
 Depuis samedi 27 janvier, Amale Samie n’est plus de ce monde. Notre confrère, qui par insouciance narguait la mort,  a rejoint l’au-delà suite à une longue maladie qui a fini par le vaincre. Celui qui prenait la vie du bon côté avec son ton badin et enjoué, son rire inimitable et sa bonhomie légendaire, son côté anar et innocent, fut à tout point de vue un homme attachant, unique. Unique dans ses écrits pleins de mordant, tricotés avec un style châtié qui souligne sa maitrise de la langue de Molière qu’il avait enseignée avant d’embrasser le métier de journaliste au début des années 90. Un métier qu’il pratiqua longtemps en signant une chronique hebdomadaire intitulée «Faut-il vous l’envelopper» dans le pionnier de la presse indépendante nationale,  Maroc Hebdo où nous avons travaillé ensemble dans une ambiance conviviale et partagé un tas de bons souvenirs sous la houlette de Mohamed Selhami et Khalil HachimiIdrissi. Plus tard,  il rejoint le Canard Libéré où il publia dès son avènement en 2007 une chronique croustillante «Texte de l’Oie»  et des articles dans la page culture. Unique dans sa générosité, ses excès parfois qu’il se fait vite pardonner et son esprit de bohémien un peu rebelle sur les bords, qui n’excluaient nullement chez lui une fibre militante sincère. D’ailleurs, il est resté attaché jusqu’au bout à son terroir natal  au pays berbère dans la région de Ksiba à Beni-Mellal où il a créé l’association pour l’intégration et  le développement durable (ASIDD), visant à fédérer les agriculteurs du coin. Défenseur  acharné de la culture berbère qu’il revendiquait haut et fort, mélomane invétéré avec un faible particulier pour la musique Rock et underground, anticonformiste jusqu’au bout des ongles jamais avare pour donner un coup de main, cet écrivain engagé fut  récompensé en 1991 par le Prix Grand Atlas pour son roman «Cèdres et baleines de l’Atlas».    Aussitôt la nouvelle de son décès connue, les hommages n’ont cessé d’affluer. Maroc Hebdo a salué un homme « libre de ses mouvements et de ses pensées (qui) ne s’est jamais préoccupé du qu’en dira-t-on ». Sur sa page Facebook, l’association du festival «L’Boulevard»  en a fait l’éloge avce cette phrase : « plus qu'un compagnon, celui que nous appelions tous Tonton a été un mentor durant 20 ans, le premier à avoir mis des mots sur une petite scène qui commençait à éclore, à la décrire, à l'écrire et à la défendre». Personnellement, j’en garde le souvenir d’un homme généreux et partageur,  très sensible aussi, jamais rancunier ou méprisant, toujours ponctuel. C’est le genre qui lorsqu’il s’engage sur un travail, soyez sûr qu’il  ne vous laissera jamais en rase campagne. »

Avec sa disparition, la scène médiatique et culturelle nationale perd plus qu’une belle plume, un vrai personnage  qui a marqué son époque, ses proches et ses amis, de son empreinte originale et les multiples facettes de sa personnalité haute en couleurs. Difficile d’oublier un homme reconnaissable entre mille avec sa barbe à la Joe Coker qui faisait partie des attributs de sa personnalité. Adieu l’ami, repose en paix. Toutes mes condoléances et celles de l’équipe du Canard à sa femme la grande Latifa Meziane qui a toujours été à ses côtés sans jamais faiblir et à ses enfants Reda et Ghita qui volent maintenant de leurs propres ailes.

A.C
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Benabdallah en pleine déchéance
Ils sont nombreux au sein du PPS à refuser d’accorder un troisième mandat à leur chef fragilisé. Motif: celui-ci n’incarne plus l’avenir à leurs...
Affaire Drapor : Le père expédie le fils à l’ombre
La justice a finalement tranché dans l’affaire Drapor. Tarik Jakhoukh, le fils du patron de l’entreprise spécialisée dans le dragage des ports qui comparaissait en...
AWB offre la Chine aux traders
Commercer avec la Chine est intéressant mais non dénué de risque. Comme celui liée aux pertes de change. L’importateur résidant au Maroc ou dans un pays...
Moulay Hafid crie au freinage industriel
Le secteur industriel s’est retrouvé, malgré lui, au centre d'une polémique de chiffres. Et pour cause, Moulahom Hafid Elalamy, ministre de l'Industrie, de...