Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Les stocks de sang dans le rouge
 Le stock de sang au Maroc est au plus bas. A peine 4 jours de réserves au lieu de 12, notamment dans les grandes villes comme Casablanca et Rabat. La cote d’alerte largement atteinte.  Et la menace de ne pouvoir répondre aux besoins des patients plane sérieusement. De quoi se faire un sang d’encre et lancer dare-dare un appel  urgent à la mobilisation des donneurs de sang.  Silence radio. Les responsables, à commencer par le directeur du centre national de transfusion sanguine, semblent aux abonnées ab-sang. Il n’a même pas été fichu de tirer la sonnette d’alarme via un communiqué où il était censé informer sur l’acuité de la crise. Le don du sang est un geste gratuit, anonyme, désintéressé volontaire et bénévole. On ne peut être payé en retour. C'est un acte de générosité dont tout un chacun a besoin.

Or, tous les jours, plusieurs malades doivent faire des transfusions sanguines : les cancéreux du sang, les patients subissant des interventions chirurgicales lourdes, les femmes qui accouchent avec saignements, les victimes des accidents de la route, etc. Sans oublier  les besoins d’urgence comme qu’à Dieu ne plaise en cas de tremblement de terre ou d’attaque terroriste. Comment dans ce contexte d’indigence sanguine sauver des vies humaines ? Combien en temps normal de personnes meurent en silence dans ce pays pour cause d’insuffisance des stocks ou faute de produits sanguins compatibles?

Ce serait facile de se défausser sur les Marocains en âge de donner leur sang (à partir de 18 ans) et qui rechigneraient à le  faire par égoïsme ou irresponsabilité. Pour la simple raison objective que les services du ministère de la santé et les dirigeants du centre de transfusion sanguine ne font pas grand-chose pour reconstituer véritablement les stocks et les sécuriser,  se contentant des donneurs de sang réguliers qui le font au moins une fois par an.

Mais qu’est ce qui les empêche pour remédier définitivement à ce problème chronique de multiplier les sites de prélèvement  et les lieux de collecte à l’échelle des villes et des campagnes ? Pourquoi ne pas créer  des unités de transfusion de sang mobiles dont l’unique travail est de sillonner le Maroc tout au long de l’année ?  Avec des centres de transfusion de sang confinés dans les CHU des grandes villes, il n’est pas guère étonnant que les gens ne soient pas encouragés à se déplacer. Pour trouver une place où se garer aux bords du CHU de Casablanca, c’est la croix et la bannière !  Normal que

le taux de 3% de donneurs de sang, qui permettrait de  constituer un stock couvrant 3 à  4 semaines des besoins,  que s’était fixé le le centre de transfusion sanguine n’a jamais été atteint. La mise en place de services de proximité de don de sang conjuguée à des campagnes de communication ciblée auprès du grand public et des grands groupes est de nature à injecter du sang neuf dans cette œuvre de générosité salutaire et à sortir le don du sang du rouge.

 

à lire aussi :
Abdeljalil Fenjiro et Mohamed Bahi tirent leur révérence
 Deux noms qui ont marqué le paysage médiatique nationale viennent de nous quitter. L’ancien directeur général de l’Agence Maghreb Arabe presse (MAP),...
Un esprit libre s'en va
 Depuis samedi 27 janvier, Amale Samie n’est plus de ce monde. Notre confrère, qui par insouciance narguait la mort,  a rejoint l’au-delà suite à une longue...
Benabdallah en pleine déchéance
Ils sont nombreux au sein du PPS à refuser d’accorder un troisième mandat à leur chef fragilisé. Motif: celui-ci n’incarne plus l’avenir à leurs...
Affaire Drapor : Le père expédie le fils à l’ombre
La justice a finalement tranché dans l’affaire Drapor. Tarik Jakhoukh, le fils du patron de l’entreprise spécialisée dans le dragage des ports qui comparaissait en...