Dernière minute ...
Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Driss El Yazami, président du CNDH a reçu, le 24 janvier 2017, la décoration civile d'Officier de l'Ordre de Léopold, la plus haute distinction de Belgique Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
L'offshoring met les voiles
 Le secteur de l’offshoring fait encore parler de lui à la faveur de la fermeture brutale début janvier de l’enseigne Kindy Info Maroc délocalisée à Casablanca. Le patron respecte tellement ses collaborateurs qu’il a mis la clé sous le paillasson sans les en informer.  Résultat : ces derniers se sont présentés un matin à leur travail.  Et patatras les portes sont closes. Impossible d’accéder à leurs bureaux. Le patron français a mis les voiles, laissant sur le carreau plus de 200 employés dont des ingénieurs aux prises avec une directrice marocaine qui n’a rien à leur proposer pour les indemniser.

Installée au Maroc il y a une dizaine d’années sur le boulevard Zerktouni dans la capitale économique, Kindy Maroc avait pignon sur rue. Cette société  est spécialisée dans la commercialisation des prestations numériques comme le  marketing digital. Les victimes qui ont organisé des sit-in aux bords des locaux de l’entreprise  avec des banderoles qui dénoncent leur situation  se disent victimes d’un "licenciement abusif".

"Nous avons reçu un virement anticipé au mois de décembre. Ce virement représente 13 jours du mois de décembre, plus un versement correspondant à un mois de préavis qui n’a été précédé d’aucun avis", indique  cependant  le communiqué des délégués des employés. Puis, silence radio, les dirigeants de l’enseigne, mettant en avant des difficultés financières, ont chargé un conseiller juridique pour faire accepter aux employés une offre consistant à  leur verser 30% de leurs salaires sur une période de six mois. Ce que les intéressés ont refusé compte tenu du caractère dérisoire de l’indemnisation, certains d’entre eux rivés au bas de l’échelle toucheront selon ce barème  une poignée de dirhams.

Livrées à elles-mêmes, les victimes en appellent à l’intervention des autorités pour trouver une solution à leur drame. Mais elles sont loin d’être assurées d’être rétablis dans leurs droits, l’offshoring  étant un secteur volatile et complexe qui n’offre aucune garantie à ses salariés. Même en cas d’obtention de gain de cause auprès de la justice, reste le parcours du combattant de l’exécution du jugement. Et même si ce dernier arrivait à être exécuté, il n’est pas certain que les plaignants soient indemnisés de manière juste et équitable. D’abord en raison de la faiblesse capitale des entreprises opérant dans ce secteur qui pratique par plusieurs de ses aspects l’esclavagisme moderne. Ensuite à cause de la nature même du business de cette activité dont les bénéfices générés par sa filiale délocalisée sont touchées par la maison-mère installée à l’étranger qui se charge de la facturation des prestations commercialisées en offshore. Du coup, seules sont payées au Maroc les salaires et autres charges de fonctionnement et certaines taxes.

Preuve que l’offshoring (centres d'appel et autres formes de sous-traitance) est un non-secteur économique, n’en déplaise à ses défenseurs, les champions de la délocalisation au Maroc et ailleurs achètent tout, locaux et matériel, en leasing. Pas d’attaches avec le pays d’implantation. Donc aucune protection pour les travailleurs.  Ce qui offre à l’investisseur l’avantage après avoir ramassé plein de pognon grâce aux petites mains locales de s’enfuir léger en vous laissant sur les bras de l'Etat un gros problème social. Ministre de tutelle, MoulahomHafid peut-il défendre le contraire ?

 

à lire aussi :
Khoukoum Moncef en conflit d’intérêt
Moncef Zougari Belkhayat est en phase avec lui : il ne respecte jamais ce qu’il dit. A l’occasion du lancement de son nouveau business en communication WB Africa fin mai dernier, il a...
Code de la mutualité : Un coup de bistouri dans le dos
Récemment adopté par la Chambre des conseillers, le projet de loi 109-12 du code de la mutualité vise à améliorer le fonctionnement des mutuelles. Noyés dans...
Moumni et David
Cette petite histoire s’est déroulée au pays des droits de l’homme où le fait d’exprimer ses opinions est considérée parfois comme un...
Agent d’assurances, un métier à haut risque!
 «Le métier d’agent est devenu de plus en plus risqué» Cette phrase n’est pas extraite d’un rapport secret d’une obscure officine...